sabato 22 ottobre 2016

SIMENON SIMENON. NEUF NOUVELLES POUR RETROUVER MAIGRET

Pourquoi Simenon revient avec Maigret en 1936 

SIMENON SIMENON. NOVE RACCONTI PER RINTRACCIARE MAIGRET 
Perché Simenon ritorna con Maigret nel 1936  
SIMENON SIMENON. NINE SHORT STORIES TO REJOIN MAIGRET 
Why Simenon comes back with Maigret in 1936 


Octobre 1936. Depuis deux ans, Simenon a tenu son serment de ne pas remettre Maigret en activité. Il a écrit un certain nombre de "romans durs" pour Gallimard, mais il n'a plus touché au genre policier. Pourtant, son nouvel éditeur lui a déjà fait quelques appels du pied pour que son commissaire revienne à la vie: en effet Gallimard sait très bien que les romans avec Maigret atteignent des chiffres de vente supérieurs à ceux des autres œuvres de Simenon. Mais pour le moment, le romancier se refuse à ce qu'il estime être un retour en arrière dans sa progression littéraire, et il n'est pas question d'écrire un roman mettant en scène son héros à la pipe. 
Quand le journal Paris-Soir lui demande sa collaboration à un concours pour les lecteurs, où il s'agit de proposer des nouvelles policières en deux partiesune intrigue et un dénouement, il accepte cependant. Mais pourquoi Simenon n'écrit-il pas alors "simplement" des énigmes dans lesquelles interviendrait un quelconque enquêteur ? On sait qu'il l'a déjà fait naguère, et il pourrait très bien inventer un nouveau personnage de détective… Mais non: il choisit de revenir à Maigret… A quel sentiment inconscient obéit-il ? Une certaine nostalgie et un certain remords d'avoir laissé tomber ce personnage à qui il doit une bonne partie de son succès ? Difficile de le savoir…  
A  moins qu'il n'ait déjà en vue une éventuelle publication d'un recueil de ces textes chez Gallimard. Il est vrai que l'argument financier a sans doute joué un rôle, mais celui-ci a dû intervenir plus tard, probablement en 1938, quand Simenon a eu besoin d'argent après l'achat de sa maison de Nieul. Mais cela semble peu vraisemblable qu'en 1936, il ait déjà de tels soucis, alors qu'il rédige ces nouvelles dans son cossu appartement de Neuilly… 
Il semble donc que ce ne soit pas la nécessité qui le pousse à reprendre son personnage. Il a terminé en août 1936 Le testament Donadieu, il commencera en décembre Les rescapés du Télémaque, qu'est-ce qui l'empêcherait de ne rien écrire entre les deux, ou, si l'écriture lui est un besoin, de rédiger un autre roman, voire des nouvelles, sans mettre forcément en scène ce Maigret qu'il s'était juré d'abandonner dans sa maison de campagne, le laissant jardiner et pêcher tout à loisir ? Il faut bien en venir à se dire que Simenon s'est rendu compte qu'il était plus attaché qu'il ne croyait à son personnage.  
Mais comme il n'est pas encore prêt pour une narration de longue haleine de ses enquêtes, pour le moment, il en restera à la forme de la nouvelle (et cela tombe bien puisque c'est justement ce que Paris-Soir lui demande…), et il va donc mettre en scène son héros dans neuf textes. Le premierLa péniche aux deux pendus, conduit Maigret hors de Paris, mais dans une atmosphère qui doit lui rappeler quelque chosecelle des écluses et des canaux, noyés dans le froid humide de novembre… Dans le deuxième, on retrouve une autre ambiance bien connue, celle de l'interrogatoire dans le bureau enfumé de Maigret, qui doit résoudre L'affaire du boulevard BeaumarchaisLe troisième est une enquête dans le genre "meurtre en chambre close", avec La fenêtre ouverte, où Maigret, pour une fois, tient beaucoup compte des indices matériels. Le quatrième, Monsieur Lundi, nous mène à Neuilly pour une sombre histoire de gâteaux empoisonnés. Le cinquième, Jeumont, 51 minutes d'arrêt !, nous montre Maigret venant à la rescousse de son neveu. Le sixième, Peine de mort, nous présente un aperçu de la "méthode" de Maigret, lorsqu'il s'attache à poursuivre un suspect jusqu'à l'écoeurement de celui-ci, le poussant à commettre la faute qui le trahira. Le septième, Les larmes de bougie, nous entraîne dans la lointaine campagne française, tandis que le huitième, Rue Pigallenous fait retrouver un endroit caractéristique du champ d'action du commissaire. Enfin, le neuvième, Une erreur de Maigret, nous présente Maigret dans une attitude plutôt rare chez lui, manifestant sa mauvaise humeur en frappant un suspect. Ces nouvelles reprennent des thèmes déjà évoqués dans les romans de la période Fayard, mais ils sont aussi une ébauche de thèmes qu'on retrouvera dans les romans à venir.  
Un peu comme si Simenon s'amusait à faire quelques gammes, à retrouver son personnage par petites touches, à essayer de nouvelles formules, comme s'il cherchait un nouvel élan et une nouvelle inspiration pour se mettre à écrire à nouveau des romans Maigret. Mais ce n'est pas pour tout de suite: il aura encore besoin d'une deuxième série de nouvelles, écrites pendant l'hiver 1937-38, et plus longues que celles-ci, pour ajuster sa relation à son personnage. En décembre 1939, il écrira le premier de six nouveaux romans Maigret, et c'est Gallimard qui allait être content: enfin, le commissaire faisait son entrée dans sa maison d'édition… 

Murielle Wenger

1 commento:

Andrea Franco ha detto...

in effetti nei nove racconti del 1936 si ha la sensazione di leggere un maigret diverso dai soliti,lo stile è più simile all'ispettore G7 che al maigret che solitamente conosciamo,nelle novelle successive(anche per l aumentare del num ro di pagine)le inchieste del commissario tornano più vicini ai classici canoni conosciuti