sabato 24 agosto 2019

SIMENON, CETTE DROGUE DURE







Causeur - 21/08/2019 - Jérôme Leroy - Parfois, on aimerait ne pas aimer. Mais on n’y peut rien. C’est de l’ordre de l’addiction, Simenon, comme on dit de nos jours. Il nous en faut quatre ou cinq par an. Parfois deux à la suite, comme un shoot. On connaît tous ses trucs, pourtant. Depuis le temps, c’est comme dans les vieux couples, on ne peut plus rien se cacher. Il y a d’abord les notations météorologiques comme fil conducteur et comme couleur donnée au roman : il y a des romans gris, des romans pluvieux, des romans moites, des romans caniculaires, plus rarement des romans froids. Simenon contrevient ainsi à un des fameux Dix commandements pour écrire un roman du grand Elmore Léonard, un des maîtres du polar américain, connu pour son humour, sa rapidité et sa maîtrise de l’intrigue...>>>

Nessun commento: