martedì 13 agosto 2019

SIMENON SIMENON. MAIGRET ENTRE À LA BRIGADE CRIMINELLE

A propos du roman La Première Enquête de Maigret : les faits historiques

SIMENON SIMENON. MAIGRET ENTRA NEL BRIGADE CRIMINALE
A proposito del romanzo La prima inchiesta di Maigret: i fatti storici
SIMENON SIMENON. MAIGRET ENTERS THE CRIMINAL BRIGADE
About the novel Maigret's First Case: historical facts



En parcourant les pages parues sur ce site il y a bien longtemps, je suis tombée sur un billet (http://www.simenon-simenon.com/2012/07/simenon-quai-des-orfevres-maigret-e.html) qui m’a inspiré le sujet du jour. En effet, ce billet mentionne que l’entrée de Maigret au Quai des Orfèvres date, d’après ce qui en est dit dans La Première Enquête de Maigret, de 1913. Est-ce que cette date correspond à la réalité historique ? C’est cette enquête que nous allons mener aujourd’hui.
Dans les romans, la brigade que Maigret dirige en tant que commissaire est nommée « brigade des homicides », « brigade du chef » ou « brigade criminelle ». Pourquoi ces différentes appellations ? D’autre part, dans l’hommage que Simenon rendit au commissaire Guillaume lorsque celui-ci partit à la retraite en 1937, le romancier écrivait que le Maigret de ses premiers romans « confondait Police Judiciaire et Sûreté Générale», et que c’était suite à toutes les erreurs qui parsemaient ses textes que Xavier Guichard avait invité Simenon à venir visiter le Quai des Orfèvres, où il avait fait la connaissance du commissaire Guillaume. Essayons de mettre un minimum de clarté dans tout cela, et commençons par faire un peu d’histoire.
En 1871, suite aux événements de la Commune, les locaux de la préfecture de police furent détruits au cours de l’incendie qui ravagea aussi une partie de l’ancien palais de justice. Les services de la préfecture furent alors installés dans la caserne des sapeurs-pompiers, sur le parvis de Notre-Dame, où ils se trouvent encore aujourd’hui. Après l’incendie de 1871, on construisit un nouveau bâtiment sur le quai des Orfèvres, celui qui abritait jusqu’il y a peu les services de la Police judiciaire.
En 1893, Louis Lépine fut nommé préfet de police. A cette époque, on ne parlait encore que de la « Sûreté ». En 1907, Célestin Hennion fut nommé directeur de la Sûreté. Il proposa à Clemenceau de mettre sur pied des brigades mobiles, pouvant agir sur tout le territoire français (d’après quelques romans et nouvelles, Maigret a travaillé dans certaines de ces brigades), la 1ère brigade étant celle de Paris. En 1912, après l’affaire Bonnot, Lépine obtint un budget lui permettant de créer une « brigade du chef », qui comportait trois sections, s’occupant chacune d’un secteur déterminé : homicides ; vols ; escroqueries en tout genre. La même année, Xavier Guichard fut nommé chef de la Sûreté.
En 1913, Hennion remplaça Lépine au poste de préfet de police, et il réorganisa les services, en les répartissant entre Police municipale, service des Renseignements généraux et Police judiciaire. Cette dernière résultait de la fusion entre la 1ère brigade mobile et la « brigade du chef » de la Sûreté. Elle comportait l’Identité judiciaire, la brigade criminelle, la brigade des mœurs, et elle fut installée dans les locaux du 36, quai des Orfèvres, le 1er août 1913. La brigade criminelle ou brigade spéciale occupait les 3ème et 4ème étages, escalier A.
Maintenant que nous avons toutes les données en main, nous pouvons revenir à La Première Enquête de Maigret. Le roman s’ouvre à la date du 15 avril 1913, et Simenon écrit qu’à cette date, « la Police judiciaire ne s’appelait pas encore ainsi, mais s’appelait la Sûreté. ». C’est exact, puisque le décret de Hennion date du mois d’août 1931, comme nous l’avons vu. Plus loin dans le roman, il est dit que Maigret « connaissait personnellement Xavier Guichard, le chef de la Sûreté ». Exact encore, puisque Guichard était bien à ce poste à cette date. Plus tard, Maigret se fait souffler son enquête par la brigade du chef, à la tête duquel se trouve, dit le roman, le commissaire Barodet. Celui-ci a-t-il existé ? Je n’ai pas trouvé la réponse... Le roman se termine au début du mois de mai, avec la promotion de Maigret dans la brigade de Barodet. Ce qui signifie que Maigret a d’abord travaillé pour la Sûreté, et que son entrée au Quai des Orfèvres, en mai 1913, n’était pas à la P.J., puisque, nous l’avons vu, celle-ci ne s’installa qu’en août 1913 au Quai…


Murielle Wenger

Nessun commento: