venerdì 23 novembre 2018

SIMENON SIMENON. AVRIL 1967: LE TOUR D'ITALIE DE SIMENON

Le romancier raconte ses souvenirs de ce séjour italien 

SIMENON SIMENON. APRILE 1967: IL GIRO D'ITALIA DI SIMENON 
Il romanziere racconta i suoi ricordi di questo soggiorno italiano 

SIMENON SIMENON. APRIL 1967: SIMENON'S TOUR OF ITALY 
The novelist recounts his memories of this Italian stay

En avril 1967, Simenon part en Italie à l'invitation de son éditeur et ami Arnoldo Mondadori. Celui-ci a lancé, l'année précédente, la publication de la collection Tutte le opere di Georges Simenon, et il pense qu'une bonne promotion pourrait aussi se faire avec la présence sur place du romancier himself… Laissons Simenon nous raconter son séjour, en puisant dans ses Mémoires intimes. 
«Ce séjour, ou plutôt ce tour d'Italie, qui durera quinze jours (du 16 au 27 avril, ndlr), je l'ai promis à Mondadori qui y préside. Mes romans Maigret se vendent là-bas «comme des petits pains». Quant aux autres, l'intelligentsia italienne a tendance à les bouder. Mondadori veut frapper un grand coup, organiser des conférences dans les universités et les centres culturels. Cette tournée, je tiens à le préciser, n'a rien de commercial. Pas de signatures dans les librairies ou les grands magasins […]. La tournée commence par Milan où je donne trois conférences coup sur coup. La première a lieu au très prestigieux Piccolo Teatro […]. J'y lis Le Roman de l'homme […]. Après quoi je me soumets aux questions qu'on me pose. […] La seconde conférence milanaise est au Centre culturel français, où je ne prononce que quelques phrases sur le roman, sur l'homme, les deux seuls sujets que je connaisse quelque peu, et je réponds ensuite de mon mieux aux questions […]. En somme, je copie le genre de «lecture» que j'ai donnée dans diverses universités des Etats-Unis. [La troisième conférence est] donnée dans le grand amphithéâtre de l'Université de Milan, qui est comble. Les étudiants ont tant de questions à me poser qu'après plus de deux heures, le recteur vient discrètement m'annoncer que l'amphithéâtre doit servir à une autre cérémonie et que des gens attendent dehors.» 
Après Milan, c'est d'abord Florence: «ma ville bien-aimée, où je dois, entre mes causeries, visiter les nouveaux locaux d'un journal important», puis Naples: «nous faisons un dîner merveilleux tandis que, dehors, la pluie tombe à pleins seaux. Conférence. Questions. Réponses. Reporters et photographes.», et ensuite Rome: «un dîner officiel est donné en mon honneur. Re-conférences. Journalistes et paparazzi.», et enfin Venise: «Conférence, grande réception ultra-mondaine, en habit, au palazzo Cini, où le comte Cini en personne m'accueille lorsque je débarque de sa gondole armoriée au pied des marches qui trempent dans le canal.» 
Quel bilan faire après cette tournée ? Le «grand coup» que Mondadori a voulu frapper a-t-il réussi ? Est-ce que les romans de Simenon, autres que les Maigret, se sont mieux vendus après cela ? Est-ce que le romancier a été mieux apprécié de «l'intelligentsia italienne» ? Ou est-ce quand même les romans du commissaire à la pipe qui ont continué avant tout à propager le succès de Simenon en Italie ? N'oublions pas que dans cette période de la fin des années 1960, c'est Gino Cervi qui continue à faire les beaux jours de la TV italienne dans le rôle du commissario Maigret 
On peut lire ici un compte-rendu de la conférence donnée à Milan: http://www.archiviolastampa.it/component/option,com_lastampa/task,search/mod,libera/action,viewer/Itemid,3/page,3/articleid,0114_01_1967_0091_0003_6736309/ 

By Simenon-Simenon 

Nessun commento: