martedì 27 giugno 2017

SIMENON SIMENON. ZIGZAG DANS LA CHRONOLOGIE REDACTIONNELLE


De la difficulté d'établir l'ordre de rédaction des premiers romans, avec l'exemple de "La tête d'un homme" 

SIMENON SIMENON. ZIGZAG NELLA CRONOLOGIA DI REDAZIONE 
La difficoltà di stabilire l'ordine di redazione dei primi romanzi, ad esempio "La testa di un uomo"  
SIMENON SIMENONZIGZAGS IN THE WRITING CHRONOLOGY 
On the difficulty of establishing the writing order for the first novels, with the example of "A Man's Head" 


On pourrait croire, après tout le temps écoulé depuis la parution de ses premiers romans (plus de 85 ans ont passé depuis le Bal anthropométrique qui inaugurait l'entrée de Simenon dans la "vraie" littérature…), que tout a été écrit et dit sur l'œuvre du romancier. Les chercheurs se sont succédé, et, à l'exception de la correspondance de Simenon (dont nous espérons vivement qu'un projet de publication pourra se concrétiser), presque tout a été examiné et commenté. Il reste cependant des zones de mystère, des points à éclaircir, et c'est cela qui est passionnant et qui suscite encore aujourd'hui des interrogations parmi les simenophiles de tout poil… 
C'est en particulier le cas pour la rédaction des premiers romans de la série Maigret chez Fayard. Outre Pietr le Letton, dont le lieu de rédaction reste la grande énigme que tant de simenoniens aimeraient voir résoudre, il y a d'autres romans dont l'époque de la rédaction n'est pas clairement déterminée. La raison en est principalement qu'à la période où il les écrivait, le romancier n'avait pas encore pris la bonne habitude de dater ses textes, et n'usait pas encore de ses fameux calendriers de rédaction, si utiles aux chercheurs… De plus, les premiers manuscrits, qui pourraient être d'une grande utilité, ont quasiment tous disparu. Les chercheurs se sont donc rabattus sur d'autres sources, qui sont principalement le Livre de comptes, un registre qui donne les sommes reçues par l'auteur pour ses romans, et la Liste secrétariale. Malheureusement, cette seconde source comporte des lacunes et des erreurs pour les premières années "d'activité" du romancier, et on ne peut s'y fier que pour les romans écrits à partir de 1946. D'autre part, les chronobiographes qu'étaient Pierre Deligny et Claude Menguy avaient fait appel directement aux souvenirs de Simenon, mais celui-ci leur avait avoué que, si sa mémoire était assez précise sur les ambiances dans lesquelles il avait écrit tel ou tel roman, sa mémoire des dates était plutôt floue, et donc pas davantage fiable…  
Ce qui fait que les datations qu'on trouve dans la première édition complète de ses œuvres, celle publiée dès 1967 chez Rencontre, ne sont pas toujours exactes, et donnent encore aujourd'hui bien du fil à retordre à ceux qui veulent tenter une chronologie rédactionnelle des romans publiés avant la guerre. Plusieurs de ces datations ont été corrigées dans les éditions ultérieures, en particulier dans la collection Tout Maigret parue chez Omnibus. Mais, depuis cette édition de référence, certaines données ont encore subi des modifications.  
Prenons aujourd'hui en exemple le roman La tête d'un hommeC'est un exemple intéressant, parce que, suivant quelle datation on attribue à sa rédaction, cela lui donne un autre rang dans l'ordre chronologique de celle-ci, et cela peut avoir son importance pour le chercheur qui s'essaie à déceler quelle est l'évolution dans le style et la manière du romancier.  
S'appuyant sur les données de la Liste secrétariale, l'édition Rencontre proposait pour ce roman une datation de septembre 1930, à l'hôtel Aiglon. Menguy avait mis en doute cette datation, pour la bonne raison qu'à l'automne 1930, Simenon se trouvait, soit encore à Morsang sur l'Ostrogoth, soit déjà en partance pour la Bretagne où il s'installait pour rédiger les romans populaires qu'il avait promis à Fayard en échange de son soutien au lancement de la nouvelle collection Maigret. Cependant, dans ses Souvenirs, Tigy raconte qu'à la fin septembre, elle prenait avec son mari une chambre à l'hôtel Aiglon, et, ajoute-t-elle, "si j'ai bonne souvenance, il [Simenon] écrit La tête d'un homme." Menguy propose toutefois de décaler la rédaction du roman à février 1931, alors que Simenon est à Paris pour préparer le Bal anthropométrique. Cette date est celle qui est proposée par l'édition Tout Maigretqui mentionne également la date de septembre, dans l'idée que peut-être Simenon peut avoir écrit le roman en deux temps. Que l'on préfère l'une ou l'autre de ces dates, il s'avère que dans les deux cas, La tête d'un homme aurait été rédigée après Le pendu de Saint-Pholien et avant Le chien jaune, ce qui en ferait le cinquième dans l'ordre de rédaction. 
Tout semblait clair jusqu'à assez récemment, puisque ces données étaient aussi celles qui étaient validées dans la chronologie établie à la fin du volume 27 de l'édition Tout Simenon, publié en 2004. Mais voilà: les recherches simenoniennes, comme nous l'avons écrit au début de ce billet, sont loin de s'arrêter, et en particulier, on remet constamment sur le métier cette question de datation. Michel Lemoine, dans un texte écrit en 2014, mentionnait à ce propos qu'il avait reçu un certain nombre de lettres de Menguy, dans lesquelles le chronobiographe émettait quelques doutes à propos des dates qu'il avait lui-même suggérées. C'est probablement à la lueur de ces réflexions que la chronologie établie pour Tout Simenon, et qu'on trouve en lien sur le site officiel de John Simenon (http://simenon.com/world-of-simenon/simenon-a-timeline/), a connu depuis lors quelques corrections. Et pour le cas qui nous occupe, la rédaction de La tête d'un homme – et le séjour de Simenon à l'hôtel Aiglon – est repoussée en mai 1931. Petit détail, direz-vous: il n'empêche que cette modification implique que ce roman aurait été écrit après Le chien jaune et La nuit du carrefour, deux romans rédigés en mars-avril à l'hôtel La Michaudière, et dans ce cas, il serait le septième dans l'ordre de rédaction… 
On le voit, il y a encore bien des mystères à résoudre dans l'œuvre simenonienne, et bien du travail pour les simenologues… 

Murielle Wenger 

Nessun commento: