sabato 24 settembre 2016

SIMENON SIMENON. SAINT-FIACRE, UNE AFFAIRE AU CINEMA


A propos du film "Maigret et l'affaire Saint-Fiacre", et de l'adaptation d'un roman 

SIMENON SIMENON. SAINT-FIACRE, UN AFFARE AL CINEMA 
A proposito del film "Maigret e il caso Saint-Fiacre"e dell'adattamento di un romanzo  
SIMENON SIMENON. SAINT-FIACRE, AN AFFAIR AT THE MOVIES 
About the film "Maigret and the Saint-Fiacre Case and its adaptation from the novel 

Maigret tend un piège (sorti le 29 janvier 1958, avec une avant-première à Lausanne en décembre 1957)et Maigret et l'affaire Saint-Fiacre (sorti le 2 septembre 1959)Maigret voit rouge (sorti le 18 septembre 1963): une trilogie cinématographique bien connue, où le commissaire à la pipe se glisse dans la peau de Jean Gabin. Pour certains, l'acteur simenonien par excellence a été un des meilleurs Maigret, pour d'autres, il restait trop "Gabin jouant Maigret". Quoi qu'il en soit, les films (surtout le premier) furent des succès dans les salles, et restent une référence. Depuis la fin des années 1950, le cinéma ne s'est quasiment plus intéressé à Maigret: le film Maigret à Pigalle avec Gino Cervi (1967) fut bien moins convaincant que la série télévisée, celui avec Heinz Rühmann (Maigret fait mouche, 1966) ne reste qu'une anecdote à usage des cinéphiles simenoniens, et les deux adaptations ukrainiennes de La tête d'un homme (1992) et du Chien jaune (1993) n'existent que par les mentions qu'on en trouve dans les textes de Claude Gauteur et sur le site de Steve Trussel…   
Sans doute est-il difficile de trouver un acteur capable d'incarner Maigret, d'en avoir la carrure et le charisme, et dont la puissance est telle qu'il insuffle de sa propre présence pour s'imposer face au personnage du commissaire… Gabin, qui fut en son temps cette puissance cinématographique, mit beaucoup de lui-même dans le personnage, et le résultat, s'il différait de la représentation que tout un chacun pouvait avoir du héros, n'en fut pas moins une adaptation réussie.  
Après le succès de Maigret tend un piège, on décida de remettre le couvert pour un deuxième opus, et on choisit d'adapter un roman important de la saga, celui du "retour aux sources" du commissaire, L'affaire Saint-FiacreOn conservait le même acteur (cela va de soi…), le même metteur en scène (Jean Delannoy), et on confia les dialogues au roi en la matière, Michel Audiard, qui allait s'y déchaîner encore plus que dans Maigret tend un piège. Dans celui-ci, la trame dramatique pouvait difficilement tirer sur le comiquemême si quelques scènes recelaient un grain d'humour, celles en particulier où paraissait le boucher Barberot, joué par Alfred Adam. Audiard s'en donna donc à cœur joie dans Maigret et l'affaire Saint-Fiacre; en effet, si l'histoire avait aussi ses côtés sombres, l'adaptation qui en était faite s'éloignait encore plus du roman que dans le premier film. Certaines entorses à l'histoire passaient assez facilement (la rencontre entre Maigret et la comtesse, par exemple, qui permettait de revenir habilement sur les souvenirs du commissaire tels qu'il les évoquait dans le roman), mais d'autres posaient davantage problème, en particulier la scène finale du dîner au château. Si la colère jouée par un Gabin en pleine forme passe bien à l'écran, on est quand même assez éloigné de la psychologie du commissaire telle qu'on la connaît dans les textes, et en particulier dans ce roman, où Maigret passe son temps à être "à côté du sujet", s'embourbant dans ses souvenirs d'enfance, incapable de remettre en question sa déférence face aux "gens du château", et où c'est Maurice de Saint-Fiacre qui endosse le rôle du justicier. Mais pouvait-on demander à Gabin de s'effacer et de ne pas occuper l'écran dans cette grande scène finale ? Impensable, probablement…  
Reste que, outre la présence imposante de Maigret alias Gabin, et le document sociologique que l'histoire apporte, devenu encore plus important avec le recul des années (les paysages de la campagne, l'épicerie vieillotte de la non moins vieillotte Marie Tatin, le curé en soutane, le décor (reconstitué en studio) du café de Moulins, tout cela fait aujourd'hui partie d'une France perdue dans la nostalgie…), une bonne part du succès du film est à mettre aussi au crédit des dialogues d'Audiard. Certes, il ne restpas grand-chose des mots de Simenon dans le roman, mais les répliques savoureuses dites avec un tel naturel par Gabin font encore mouche aujourd'hui… Et qui aurait l'idée de se plaindre de cette adaptation ? Peut-être pas Simenon non plus, qui, à la sortie de Maigret tend un piège, racontait à qui voulait l'entendre son enthousiasme sur l'interprétation de Gabin… quitte à revenir plus tard sur ses propos, comme il en avait pris l'habitude avec la plupart des acteurs ayant incarné Maigret… Nous ne savons pas ce qu'il avait pensé de Maigret et l'affaire Saint-Fiacre, de la truculence remplaçant la plongée douloureuse et introspective de Maigret dans son enfance perdue, mais Simenon était bien placé pour savoir que toute adaptation cinématographique, même avec les meilleures intentions du monde, ne peut être au pire qu'une trahison, et au mieux une nouvelle lecture d'un roman…  

Murielle Wenger

Nessun commento: