martedì 22 maggio 2018

SIMENON SIMENON. SIMENON ET PHILIPPE WURM

Maigret en bandes dessinées 

SIMENON SIMENON. SIMENON E PHILIPPE WURM 
Maigret a fumetti 
SIMENON SIMENON. SIMENON AND PHILIPPE WURM 
Maigret in comics 

Le nombre de films longs métrages réalisés d’après l'œuvre de Simenon ne cesse d’augmenter, preuve de son succès dans ce média. Mais que dire alors des séries télévisées, que ce soit en France, Italie, Allemagne et bien d’autres, là aussi le public est preneur. La troisième déclinaison la plus importante de ses romans est sans conteste celle de la bande dessinée.
Depuis 1942, date à laquelle la BD du roman «Le sous-marin dans la forêt», signé Georges Sim, fut présenté dans le journal pour la jeunesse «Siroco», dessiné par Marijac, pseudonyme de Jacques Dumas, un certain nombre de dessinateurs ont traduit des œuvres de Simenon en BD. Parmi ceux-ci on trouve: Andréas Rosenberg, Rodaly, Jean Barnoux, Rumeu et surtout Jacques Blondeau, qui ne signa pas moins de 1473 bandes horizontales, soit 14 romans de Maigret qui ont paru dans une quantité de journaux dont «Samedi Soir» et «Paris Journal». De plus, Blondeau réalisa une BD des «Dossiers de l’Agence O» dans «Le Parisien». En ce qui me concerne, j’aime beaucoup un des derniers venus, à savoir Philippe Wurm, dessinateur, illustrateur depuis les années 1980 jusqu'à ce jour.  
Philippe Wurm est né de parents français à Lugano le 1er mai 1962. Il fait ses humanités à Bruxelles, et c’est pendant celles-ci que le démon de la BD le saisit. Sur les conseils de Thierry Tinlot, il va suivre, à partir de septembre 1978, et ce pendant deux ans, les cours de bandes dessinées données à Saint-Gilles, commune de l’agglomération bruxelloise, donnés par Eddy Paape, ainsi que les cours de croquis donnés par le peintre Beauraing. Une fois diplômé, il travaille d’abord pour l’hebdo «Spirou», mais c’est au début des années 1990 qu’il rencontre le succès en dessinant, pour les éditions «Claude Lefrancq», une série d’albums dont… des Maigret.  
En effet, avec la scénariste Odile Reynaud, il va nous livrer trois albums de Maigret, à savoir: en 1992 «Maigret et son mort», en 1993 «Maigret tend un piège», en 1994 «Maigret et la danseuse du Gai Moulin». Que dire de cette maison d’édition ? Qu’elle était située à Uccle (Bruxelles) et qu’elle a mis la clé sous le paillasson en 1998, ce qui est vraisemblablement la raison pour laquelle la série Maigret n’a pas connu de suiteen ce qui concerne Philippe Wurm en tous cas, car en 1994 avait paru «Maigret chez les Flamands», et en 1997 parait un cinquième album, «Maigret et le corps sans tête», tous les deux dessinés par un certain Frank Brichau. Les quatre premiers albums sont édités conjointement par les Editions Lefrancq à Bruxelles et les Editions du Rocher à Monaco. Le cinquième est publié par les Editions du Rocher seules, vraisemblablement suite à l’arrêt des Editions Lefrancq 
Il faut bien dire que la série n’a pas connu un grand succès auprès des lecteurs. Ce que le
grand public ne sait pas, c’est qu’il y a eu, pour les deux premiers albums, un tirage de tête avec une couverture en toile bleue, signé par la scénariste et le dessinateur et tiré à 500 exemplaires numérotés pour le premier et à 250 exemplaires pour le second. Donc, dès le deuxième, l’intérêt semble diminuer, alors que ce dernier est réalisé spécialement à l’occasion de l’exposition «Simenon 1993» à Liège. Au début également, les éditeurs publiaient plusieurs traductions: en allemand, catalan, danois, norvégien, espagnol, finnois, italien, portugais, espagnol, turc, grec et néerlandais (voir cette page: https://biblio.enquetes-de-maigret.com/maigret-en-bd/). Mais ceci aussi diminuait au fil des parutions. A remarquer, une traduction inattendue de l’album «Maigret et la danseuse du Gai Moulin» en dialecte Wallon de Liège: «Maigret èt l’danseûse d’à Gai-Moulin». J’aurais aimé voir cette série se poursuivre, comme celle de Blondeau, mais l’arrêt de l’éditeur et le manque d’enthousiasme du public en ont décidé autrement. 

Philippe Proost 

2 commenti:

Andrea Franco ha detto...

ricordiamo anche che lo spagnolo marti bas adattò le secret des lamas nel 1943 per il settimanale per ragazzi jumbo

Andrea Franco ha detto...

altre volte il nostro blog aveva affrontato l argomento:
http://www.simenon-simenon.com/2014/10/simenon-simenon-anche-i-romans-durs-da.html
http://www.simenon-simenon.com/2014/09/simenon-simenon-maigret-fumo-di-pipa.html#comment-form
http://www.simenon-simenon.com/2016/04/simenon-simenon-unincursione-nel-mondo.html
http://www.simenon-simenon.com/2011/10/simenon-preziose-informazioni-da-andrea.html