sabato 11 agosto 2018

SIMENON SIMENON. MAIGRET ET L'ESPACE NORD

Y a-t-il quelque chose de belge dans le personnage du commissaire ? 

SIMENON SIMENON. MAIGRET E LO SPAZIO NORD 
C'è qualcosa di belga nel personaggio del commissario ? 
SIMENON SIMENON. MAIGRET AND THE NORTH SPACE 
Is there anything Belgian in the Chief Inspector's character? 

Simenon a voulu faire de Maigret un personnage ancré dans son terroir parisien (car, malgré que le commissaire soit né à la campagne, et qu'il retrouve un peu de ses origines terriennes lorsqu'il ira habiter sa maison de Meung, pour l'essentiel, il est avant tout le piéton de Paris, dont il arpente insatiablement les rues et les quartiers), et donc, il en a fait un fonctionnaire français, originaire de la province, et peu enclin à quitter son territoire habituel.
Dans la préface écrite pour les éditions Rencontre, c'est ainsi que le romancier présentait son personnage: "Jules-Amédée-François Maigret, commissaire divisionnaire de la Police judiciaire et chef de la Brigade criminelle, quai des Orfèvres à Paris, Français cent pour cent". Et sans doute que de nombreux simenoniens seraient d'accord avec cette assertion de Pierre Assouline, qui écrivait: "Maigret, c'est la France". Cependant, peut-on vraiment dire que Maigret soit "français cent pour cent" ? Ne peut-on trouver en lui quelque chose d'emprunté aux origines belges de son créateur ? Maigret ne traîne-t-il pas dans les plis de son pardessus des relents de canaux flamands et de genièvre ?... D'ailleurs, n'a-t-il pas été conçu, selon la version "officielle" de son créateur, dans une somnolence provoquée par l'absorption de "deux, ou même trois petits genièvres colorés de quelques gouttes de bitter"… 
Prenons par exemple la boisson préférée de Maigret, la bière. N'est-ce pas à cause de ses propres souvenirs que Simenon a fait de son héros un amateur de bière ? La question n'est pas si farfelue qu'elle pourrait en avoir l'air, puisque le romancier lui-même y a répondu. En effet, en janvier 1953, soit quelques mois après son voyage en Europe, Simenon écrit un texte intitulé "Les demis de Maigret", dans lequel il évoque sa visite à la brasserie Piedboeuf, à Jupille, et dont il pense que cela lui donne la réponse à la question "Pourquoi Maigret boit-il de la bière ?". Car, comme l'écrit l'auteur, " Maigret est né dans une campagne de France qui produit un agréable petit vin blanc et vit ordinairement à Paris où les apéritifs sont à l'honneur". Evoquant alors ses souvenirs de jeunesse, Simenon se remémore ses fréquentations des cafés liégeois, lorsqu'il consommait force bière, et de se rappeler "cette bonne odeur de bière fraîche qui reste pour [lui] comme l'odeur de la Belgique". Voilà donc un premier élément qui donnerait à Maigret quelque chose d'un peu belge… 
Les repas préférés de Maigret ne relèvent pas forcément de la gastronomie belge (encore que… il aura trouvé les rognons à la liégeoise à son goût dans La danseuse du Gai-Moulin...), ni de la cuisine d'enfance de son créateur, sous sa dualité (rôtis, frites et petits pois des Simenon vs potées grasses et ragoûts des Brüll), mais plutôt des souvenirs des restaurants parisiens fréquentés par Simenon"C'est probablement de cette période-là que j'ai gardé le goût […] de presque tous les plats, je l'avoue, que j'ai imposés par la suite à mon brave Maigret" écrit le mémorialiste dans la dictée Un banc au soleil. Cependant, les odeurs dont le commissaire se délecte ont parfois des réminiscences belges. C'est particulièrement le cas des odeurs qu'il aura reniflées dans les cafés où il aura mené des enquêtes le long des canaux; les senteurs de l'épicerie des Peeters dans Chez les Flamands ("Il y avait une pointe de cannelle, une note plus grave de café moulu. Cela sentait aussi le pétrole, mais avec des relents de genièvre.") sont une évidente réminiscence de l'épicerie tenue par la tante de Simenon.  
Mais, peut-être davantage qu'une touche belge, faudrait-il parler d'une influence plus générale de l'espace Nord sur Maigret. Ne débute-t-il pas son entrée en littérature par une enquête qui le mène des confins des Pays-Bas et de l'Allemagne à la ville d'origine de son créateur (Le pendu de Saint-Pholien) ? N'est-il pas né lui-même sur les eaux d'un canal hollandais ? Et ses premières enquêtes narrées par son créateur ne le promènent-elle pas souvent dans des brumes plutôt nordiques et les paysages de canaux qui rappellent le plat pays ?  
Certes, comme nous l'avons évoqué dans un billet récent, il y aussi de l'homme du sud dans Simenon (et un peu dans Maigret…), mais la prégnance nordique est bien là, et si Maigret n'est pas né belge, il est peut-être "français cent pour cent", avec cependant dans les veines une part de genièvre, et un peu d'eau de la Meuse et de tous les canaux du Nord… 

Murielle Wenger 

Nessun commento: