sabato 19 gennaio 2019

SIMENON SIMENON. MAIGRET, MEDECIN DE L'AME

Pourquoi Simenon a tenu à ce que Maigret ait étudié la médecine 

SIMENON SIMENON. MAIGRET, MEDICO DELL'ANIMA 
Perché Simenon ha insistito sul fatto che Maigret aveva studiato la medicina 
SIMENON SIMENON. MAIGRET, DOCTOR OF SOUL 
Why Simenon insisted that Maigret had studied medicine


Dans l'interview donnée pour Médecine et hygiène en 1968, Simenon raconte le questionnement qu'il avait eu dès sa jeunesse: «pourquoi n'existe-t-il pas une sorte de médecin qui soit en même temps médecin du corps et médecin de l'intelligence, autrement dit, une sorte de médecin connaissant un individu, son âge, son physique, ses possibilités, qui puisse lui dire qu'il doit s'engager dans telle voie ou dans telle autre ? […] C'est dans cet esprit-là que j'ai créé le personnage de Maigret. Car c'est ce que fait Maigret, et c'est pourquoi il était nécessaire que Maigret ait fait deux ou trois années de médecine, car il fallait qu'il y ait tout de même une petite part d'esprit médical en lui.» 
Dès le premier roman de la saga, Pietr le LettonSimenon notait que Maigret, avant de devenir policier, avait commencé sa médecine, et mentionnait ses «études inachevées». C'est dans Les Vacances de Maigret qu'apparaît pour la première fois le fait que Maigret a dû interrompre ses études à cause de la mort de son père: «Je rêvais d'être médecin» dit le commissaire au Dr Bellamy, qui fait remarquer à son interlocuteur que son «regard paraît toujours chercher un diagnostic». Dans La Première Enquête de Maigret, il est cependant précisé que Maigret «n'avait jamais eu, en réalité, l'intention d'être un vrai médecin, de soigner des malades.» C'est alors qu'est expliquée la vocation première du commissaire, celle d'être un «raccommodeur de destinées». Et donc son ambition n'aurait pas été de soigner les corps, mais bien plutôt les âmes. Non pas chirurgien, mais, peut-être, psychiatre. D'où son attirance pour cette branche de la médecine, et qui était aussi celle de Simenon…  
On trouve cependant dans la saga quelques traces des connaissances de Maigret en fait de médecine. Dominique Meyer-Bolzinger, dans son essai Une méthode clinique dans l'enquête policière, où elle analyse la relation entre la médecine et les méthodes d'investigation de plusieurs détectives (Holmes, Poirot, Maigret), note que le seul geste médical du commissaire mentionné dans la saga, est un lavage d'estomac que Maigret pratique sur Geneviève Naud qui s'est empoisonnée (L'Inspecteur Cadavre), et elle écrit très justement que «avant d'être un substrat méthodologique, la médecine est pour Maigret une relation humaine fondée sur la compassion.»  
Malgré tout, si Maigret est attiré par la psychanalyse, il vient un moment où les théories ne lui suffisent plus pour approcher les hommes qu'il a en face de lui. Bien qu'il ait trouvé de l'aide auprès du professeur Tissot dans Maigret tend un piège, et qu'il recherche les avis d'autres médecins, dont son ami le Dr Pardon, c'est son expérience du terrain et un certain bon sens terre-à-terre qui lui serviront: voir la scène dans Les Scrupules de Maigret, où, après avoir ingurgité les phrases théoriques d'un traité de psychiatrie, il rejette l'ouvrage et se verse un verre de prunelle, «comme une protestation du bon sens contre tout ce fatras savant, une façon de se retrouver les deux pieds sur terre.» Ce qui fait écho à cet article que Simenon invente dans Maigret et les vieillards, un article paru dans la revue médicale Lancet, et qui dit en substance qu'un psychiatre, s'il se laisse trop influencer par la théorie, n'aura, malgré ses connaissances scientifiques et l'expérience de son cabinet, pas autant de compréhension des hommes qu'un policier. Enfin, dans Maigret hésitele commissaire, qui a eu à traiter du cas difficile de Mme Parendon, et qui se pose maintes questions, conclut son enquête en se disant: «Il avait commencé ses études de médecine. […] S'il avait pu continuer, n'aurait-il pas choisi la psychiatrie ? […] Peut-être regrettait-il moins l'interruption de ses études. Il n'aurait pas à décider [sur les limites de la responsabilité et de la folie]». Des regrets aux doutes, Maigret a ainsi accompli un long parcours… 

Murielle Wenger 

Nessun commento: