domenica 24 aprile 2016

SIMENON SIMENON. SACHA GUITRY SUR GEORGES SIMENON

Extraits de deux lettres de Guitry à Simenon et citations tirées du film "Les trois font la paire"

SIMENON SIMENON. SACHA GUITRY ON GEORGES SIMENON
Extracts from two letters from Guitry to Simenon and quotations from the movie "Les trois font la paire"
SIMENON SIMENON. SACHA GUITRY SU GEORGES SIMENON
Estratti di due lettere di Guitry a Simenon e citazioni tratte dai film "Les trois font la paire"
Sacha Guitry, acteur et metteur en scène de théâtre et de cinéma, professait une grande admiration pour l'œuvre de Simenon. Les deux hommes se sont rencontrés à plusieurs reprises, et on connaît au moins deux lettres de Guitry adressées à Simenon. L'une, non datée, est reproduite dans l'ouvrage Simenon, paru dans la collection Cistre essais, aux éditions l'Age d'Homme en 1980. Guitry y clame son enthousiasme pour le romancier: "je dévore en ce moment vos livres, tous vos livres – et ceux que je connaissais déjà, je les relis. […] Quelle leçon vous donnez à tant de raseurs et de faux psychologues – et quel sens merveilleux vous avez du Théâtre !"
L'autre lettre est citée dans les Cahiers Simenon no 9; c'est une lettre que, semble-t-il, Guitry a dictée peu de temps avant sa mort, mais qui n'aurait pas été expédiée, et dans laquelle il dit: "Si j'avais attendu d'être malade pour me délecter en lisant vos œuvres – cela en vaudrait la peine."
Mais Guitry a adressé encore un autre bel hommage à Simenon, et cette fois dans le dernier film qu'il a réalisé, en 1957, Les trois font la paire, une histoire de sosies et de jumeaux, dans laquelle un policier, le commissaire Bernard, est chargé d'enquêter sur le meurtre d'un acteur. Le commissaire est joué par Michel Simon, qui avait interprété le personnage de Maigret dans le film Brelan d'As quelques années plus tôt.
Dans une des premières scènes du film, Michel Simon, alias le commissaire Bernard, se trouve en compagnie de sa femme (jouée par Pauline Carton), alors qu'ils prennent leur petit déjeuner au lit. Dans un subtil clin d'œil, Sacha Guitry leur fait dire le dialogue suivant; c'est Mme Bernard qui parle la première:
"- J'aimerais qu'il t'arrive un beau crime…
" Qu'est-ce que tu appelles un beau crime ?
- Un crime qui sorte un peu de l'ordinaire, qui te mettrait en valeur. En un mot, j'aimerais que tu sois un homme… comme le commissaire Maigret.
- C'est idiot, ce que tu dis là ! Maigret est un personnage inventé, merveilleusement imaginé par Simenon. Mais dis-toi bien que cela ne s'est jamais vu, un commissaire comme celui-là. Nous autres, nous dépendons des crimes qui se commettent, tandis que les crimes de Maigret dépendent de Simenon. L'assassin, l'arme du crime, l'endroit où il a lieu, tout ça, c'est établi d'avance ! Alors, connaissant l'assassin, connaissant la victime, il va maintenant faire semblant de les oublier, mais quand arrivera la page 240, il les découvrira tout à coup ! Il est le plus admirable romancier de ce genre, mais il ne faudrait tout de même pas que ça aille jusqu'à chercher Maigret dans l'annuaire des téléphones !"
Et, plus tard, dans le film, lors de la suite de cette scène, alors que le commissaire est en train de s'habiller, il dit à sa femme: "Non, nous autres, vois-tu, nous devons nous contenter de faire notre boulot le mieux possible. Et quand il nous arrive de mettre la main au collet d'un criminel, nous devons nous estimer bienheureux. Pour devenir un homme comme Maigret, il faudrait que je commette le crime moi-même!" 
Murielle Wenger

Nessun commento: