sabato 17 dicembre 2016

SIMENON SIMENON. UN HIVER A STAVOREN

Qu'a écrit Simenon pendant l'hiver 1929-1930 dans le port hollandais ? 

SIMENON SIMENON. UN INVERNO A STAVOREN 
Che cosa Simenon ha scritto durante l'inverno 1929-1930 nel porto olandese ? 
SIMENON SIMENON. WINTER IN STAVOREN 
What did Simenon write during the winter of 1929-1930 in the Dutch harbour? 

Les informations que l'on possède sur le voyage de l'Ostrogoth jusqu'aux confins de la Hollande, en 1929-1930, nous apprennent qu'une fois son bateau recalfaté, Simenon l'emmena de Delfzijl à Stavoren, où il passa l'hiver. Laissant son navire sur place, Simenon entreprit un voyage dans le Grand Nord, empruntant depuis Hambourg deux caboteurs norvégiens, dont l'un s'appelait le Polarlys, qui le menèrent jusqu'en Laponie. Il en rapporta deux reportages, l'un, intitulé "Escales nordiques", qui parut dans Le Petit Journal en mars 1931, et l'autre, "Pays du froid", qui aurait dû paraître dans le journal Police et Reportage, mais qui ne fut pas publié, le journal lui-même ayant cessé d'exister avant cette parution… 
Le premier article de "Escales nordiques" évoque justement Stavoren, "un port minuscule sur le Zuiderzee. Cinq cents habitants. Des maisons sans étage peintes et vernies deux fois par an. Des rues pavées de briques qu'on lave à grande eau chaque matin. Un vrai jouet." Simenon raconte encore qu'il a reçu à son bord la visite du maire de la ville, un certain Popinga, un patronyme qui dit certainement quelque chose aux simenoniens…..  
Ce qui nous intéresse aujourd'hui, ce n'est pas ce voyage nordique (sur lequel nous reviendrons peut-être un jour), mais le séjour de Simenon à Stavoren même, et surtout les textes qu'il a pu y écrire. Il est avéré qu'il a rédigé pendant cet hiver-là les quatorze nouvelles mettant en scène le juge Froget, dont treize d'entre elles constituent le recueil Les treize coupablesauxquelles s'ajoute La nuit du pont MarieMais il est possible qu'il y ait aussi écrit d'autres textes, et c'est là qu'on en revient à évoquer, une fois de plus, le mystère de la rédaction de Pietr le Letton, dont nous avons déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog.  
Tout simenophile qui se respecte connaît l'anecdote du séjour du romancier à Delfzijl, berceau mythique du commissaire à la pipe, et chacun sait dorénavant qu'il y a, à propos de la naissance de Maigret dans une barge perdue sur le Damsterdiep, une part de légende… Claude Menguy et Pierre Deligny, dans leur texte Les vrais débuts du commissaire Maigret, proposent une rédaction de Pietr le Letton à Morsang au cours du printemps 1930, mais laissent cependant planer un doute, mentionnant un article paru en 1932, dans lequel Simenon déclare avoir mis au monde Maigret "tout en cassant la glace" autour de son bateau en Norvège. Comme nous l'avons dit plus haut, ce n'est pas à bord de l'Ostrogoth que Simenon a visité la Norvège, et, comme le remarque Lacassin (dans Simenon et la vraie naissance de Maigret), "c'est à Stavoren qu'il en était réduit à casser la glace autour de l'Ostrogoth à nouveau immobilisé". Menguy et Deligny estiment que le roman écrit à Stavoren doit être La maison de l'inquiétude, le quatrième "proto-Maigret" et le plus proche de la veine maigretienne. Lacassin, lui penche pour une autre hypothèse: Simenon aurait écrit Le château des Sables Rouges (une enquête de Sancette) à Stavoren, et que c'est là aussi qu'il aurait mis Maigret au monde dans Pietr le Letton, après avoir écrit La maison de l'inquiétude à Delfzijl. Philippe Proost, dans son texte "Souvenirs de Delfzijl", paru dans les Cahiers Simenon 19 (Demeures et logis), argumente pour une rédaction de La maison de l'inquiétude et Pietr le Letton à Delfzijl. Comme nous l'avons déjà écrit plusieurs fois, on ne saura peut-être jamais la vérité… 
A partir de quand, dans quels écrits de sa correspondance ou dans quelles interviews Simenon établit-il que c'est à Delfzijl que Maigret est né ? C'est peut-être une recherche à mener… Ce qui est sûr, c'est qu'en 1958, lorsque Simenon fait une croisière sur les canaux hollandais, la légende de Delfzijl est déjà accréditée. Elle sera "confirmée" en 1966 avec l'érection de la statue de Maigret. En 1960, dans Quand j'étais vieux, Simenon écrit: "A Delfzijl, au bord de l'Ems, j'écrivais mon premier Maigret, puis, là ou ailleurs, entre autres à Stavoren, où j'ai passé l'hiver à bord, deux ou trois autres romans de la même série"Michel Carly, dans son essai Les secrets des «Maigret», fait état d'une lettre du 21 mars 1966 à Nielsen, dans laquelle Simenon dit que c'est bien Pietr le Letton qui a été écrit à Delfzijl, ainsi qu'un "pré-Maigret" dont il n'arrive pas à se rappeler le titre. Le 24 mars, il rédige la fameuse préface La naissance de Maigret pour les éditions Rencontre, qui consacre définitivement la légende. Dorénavant, et pour toujours, dans les interviews et les écrits qu'il publiera, c'est cette version des faits qui prévaudra. Légende ou réalité, les chercheurs simenoniens n'ont pas fini de se poser la question. Mais après tout, il n'est pas interdit de penser qu'il ait commencé Pietr le Letton à Delfzijl, puis l'ait terminé à Stavoren 

Murielle Wenger 

1 commento:

Andrea Franco ha detto...

c'è da pensare che le chateau des sables rouges possa effettivamente essere stato scritto a stavoren visto che è ambientato proprio in quelle zone a nord dell'olanda