sabato 28 gennaio 2017

SIMENON SIMENON. QUI EST LA VRAIE MADAME MAIGRET / 3

Les incarnations de Mme Maigret à la télévision 

SIMENON SIMENON. CHI E LA VERA MADAME MAIGRET ? /3
Le incarnazioni di Mme Maigret alla televisione  
SIMENON SIMENON. WHO IS THE TRUE MADAME MAIGRET? /3
Mme Maigret's embodiments in television plays  

Parmi les nombreuses adaptations des romans Maigret pour la télévision, je vais évoquer quelques-unes des plus connues, surtout celles que j'ai pu moi-même visionner.  Dans la série télévisée anglaise avec Rupert Daviesc'est Helen Shingler qui prend le rôle de Mme Maigret. Brune et fine, son physique très différent de celui de la Mme Maigret des romans ne l'empêche pas d'interpréter avec un certain bonheur la complicité qui la lie à son commissaire de mari. Le couple qu'elle forme avec Rupert Davies rend un son de vérité. Elle incarne une Mme Maigret moins effacée que le personnage où certains ont voulu le cantonner, preuve d'une bonne lecture, par les scénaristes, des romans de la saga… 
La Mme Maigret italienneAndreina Pagnaniest blonde, et je laisserai les messieurs juger s'ils la trouvent potelée… On raconte que, Simenon la trouvant trop jolie (!) pour incarner Mme Maigret, on lui fit subir un savant maquillage qui la vieillissait un peu et la rapprochait plus du personnage tel qu'on l'imaginait (du moins certains…) aux côtés de Maigret. Pour les Italiens, encore aujourd'hui, Andrea Pagnani est la vraie Mme Maigret, comme Gino Cervi est à leurs yeux le Maigret le plus authentique. Que l'on soit d'accord ou non, il est évident en tout cas que le courant passait entre les deux interprètes, et que leur complicité se manifestait sur l'écran, donnant une certaine véracité au couple Maigret qu'ils incarnaient. 
Pour la série avec Jean Richard, c'est dans l'épisode Signé Picpus qu'apparaît une Mme Maigret, sous les traits de la blonde Micheline Francey. Son physique et sa relation à son mari telle qu'elle interprète en fait un personnage convaincant. Elle aurait peut-être pu devenir une bonne Mme Maigret, mais elle mourut d'une crise cardiaque quelques temps après avoir tourné cet épisode… On la remplaça par la brune Dominique Blanchar. Elle-même disait qu'elle ne se sentait pas à l'aise dans ce rôle, et c'est vrai qu'aussi bonne actrice soit-elle, son allure un peu trop "classieuse" ne la prédispose pas vraiment à se glisser dans la peau de Mme Maigret, telle qu'on peut se la représenter lorsqu'elle est évoquée dans La première enquête de Maigret, "une grosse fille fraîche comme on n'en voit que dans les pâtisseries ou derrière le comptoir de marbres des crémeries, une grosse fille pleine de vitalité". Elle ne sera pas remplacée avant longtemps, et il faudra attendre 1977, soit dix ans après le début de la série, pour que l'on trouve enfin la perle rare. Depuis le terrible accident qui faillit coûter la vie à Jean Richard, sa femme, Annick Tanguy, ne le quittait plus sur les plateaux de tournage. Claude Barma, le créateur de la série, proposa que ce soit elle qui reprenne le rôle. L'idée est excellente: Annick Tanguy a le physique du rôle, et de plus, le fait qu'elle soit l'épouse de Jean Richard à la ville permet une interprétation extrêmement crédible du couple Maigret: leur complicité, leur tendresse, transparaissent à l'écran, d'autant plus que, les années passant, Jean Richard s'identifie de plus en plus à son personnage… Que l'on apprécie ou non cette série, Annick Tanguy a été probablement l'actrice qui a approché de plus près le personnage tel qu'on peut l'imaginer dans les romans. 
En 1991, quand Claude Goretta tourne un des premiers épisodes de la série avec Bruno Crémer, Maigret et la Grande Perche, il décide d'introduire le personnage de Mme Maigret, mais "adaptée" au goût du jour (le féminisme est passé par là…), et il veut en finir avec la femme au fourneau: "Elle doit être une compagne crédible", dit-il… Crédible surtout par rapport à son mari tel que Crémer le revisite: moins "pantouflard", avec davantage de "zones d'ombre"… Goretta choisit Anne Bellec, une rouquine, dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle n'a pas le physique de l'emploi. Ce qu'on aurait pu lui pardonner si par ailleurs elle rendait son interprétation plus ou moins fidèle à ce qu'on sait de Mme Maigret. On ne lui déniera pas ses qualités d'actrice, mais il lui manque nettement le "moelleux", au propre et au figuré, de Mme Maigret. Elle apparaît presque trop "intellectuelle", peut-être plus en accord avec le Maigret qu'interprète Crémer, mais, si celui-ci a réussi à se couler dans la peau du commissaire, la sauce ne prend pas avec Anne BellecSa dernière apparition, dans l'épisode Maigret et l'affaire Saint-Fiacresonnera le glas de la présence d'une Mme Maigret "en chair et en os" dans la série. Il faut dire que dans cet épisode, sa présence apparaît comme incongrue: d'abord, le roman dont il est adapté est un de ces rares romans des débuts de la saga où Mme Maigret n'apparaît pas du tout, même pas sous la forme d'une simple mention de son nom. Les scénaristes la font donc intervenir par un artifice qui peut sembler crédible (elle accompagne son mari sur les lieux de son enfance, ce qui permet à Maigret d'avoir un confident à qui raconter ses souvenirs, et donc de mettre en scène les réflexions in petto que celui-ci se fait dans le texte du roman), mais ils ont eu la maladresse de lui faire jouer des scènes où elle se met en travers du travail de son mari, et en particulier une tirade où elle lui dit son fait avec véhémence; bien sûr, une adaptation peut par définition s'autoriser des écarts par rapport au texte original, encore faut-il que ceux-ci restent fidèle à son esprit. Or, si on peut imaginer Mme Maigret donner son opinion à son mari, jamais elle ne le ferait d'une façon aussi violente qu'on le voit dans cet épisode: c'est tout à l'opposé de son personnage. Mme Maigret a certes une grande force de caractère, mais elle sait y mettre les formes, surtout avec son mari…  
Dernière en date, Lucy Cohu dans la nouvelle série avec Rowan Atkinson, une brune plus ou moins potelée. Saura-t-elle convaincre dans ce rôle, en même temps que son partenaire? L'avenir nous le dira… 

Murielle Wenger

Nessun commento: