martedì 7 novembre 2017

SIMENON SIMENON. SIMENON ET LES CONTES SUR LA MOUSSE

Une préface peu connue de Simenon 

SIMENON SIMENON. SIMENON E "I RACCONTI SULLO MUSCHIO" 
Una prefazione poco conosciuta da Simenon 
SIMENON SIMENON. SIMENON AND THE "TALES ON THE MOSS" 
A little known preface by Simenon


Simenon n’aimait pas écrire des préfaces, aussi sont-elles très rares et pour la plupart difficiles à trouver. D’autant plus rares que les livres qu’il a préfacés n’ont vraiment pas été de grands succès de librairie, en tous cas en ce qui concerne la majorité. Un seul roman a connu un réel succès: «Au massacre mondain» de Frédéric Dard, édité en 1948 et qui contient «une lettre-préface» de Simenon.  
En se référant à Claude Menguy (De Georges Sim à Simenon, Bibliographie, chez Omnibus), il existe 10 vraies préfaces, pas plus, les autres écrits étant simplement une lettre que Simenon adresse à l’auteur. Un de ces livres moins connus et rares porte le titre «Contes sur la mousse», imprimé à Liège en 1939 par la maison «Potin et Vuidar». Il est illustré de fort beaux dessins par A. Donneux et comporte 132 pages. Malgré le fait qu’il soit peu connu, ce livre a été réédité en 1945 par la maison d’édition Guy Leprat. Le volume contient 8 contes, à savoir: «L’apprenti cordonnier et les pommes d’or; Fuss ( conte de Noël);Le tailleur Cymbelin; Rotogolam-Malogotor; La tulipe noire; Pimprenelle; Conte chinois; Le petit garçon de pierre».  
L’auteur de ces contes et donc de ce livre est «Mademoiselle Irène de Buisseret». Que savons-nous d’elle ? Sa production littéraire se résume à peu de choses, deux livres de contes pour enfants et un roman philosophique. On doit y ajouter un manuel de traduction, elle parlait couramment le français, l’anglais et le russe. Irène de Buisseret est née à Menton, Alpes maritimes, le 16 mas 1918. Sa mère est d’origine russe, son père est Conrad de Buisseret Steenbecque de Blarenghien, il fait partie du corps diplomatique belge. En 1940 elle obtient une licence en droit à Paris et exercera le métier d’avocat quelque temps au barreau de cette ville. On ne sait pour quelle raison elle décide en 1947 d’émigrer au Canada où, après avoir enseigné dans plusieurs établissements, elle devient principalement traductrice. Tout semble aller bien pour elle; cependant elle est fatiguée par un rythme de travail acharné et elle est probablement dépressive. Le 28 avril 1971, à l’âge de 53 ans, elle se suicide en se jetant dans les eaux froides d’un canal d’Ottawa.  
Et Simenon dans tout cela ? Personne ne sait comment l’auteur de ce livre de contes l’a connu, ni même si il l'a connu. Qui lui a demandé d’écrire une préface à cet ouvrage ? Nous n’en savons rien et il y a peut-être une réponse dans les archives de Simenon se trouvant à l’université de Liège. Toujours est-il qu’en introduction des «Contes sur la mousse», se trouve une préface de Simenon, elle est signée du 01 août 1938. Il exprime ce qui suit: «…Souvent l’auteur de romans pour enfants publie le même hiver un livre de cuisine et un article hebdomadaire dans La Vie Parisienne… Voilà pourquoi j’ai tant de joie, de vrai joie, à dire à ceux qui liront ce livre: ces contes de fée ont été écrits par une jeune fille qui ressemble à une fée. Elle a vingt ans. Elle est jolie…Elle raconte des histoires qui la ravissent et parce qu’elle y croit encore un peu, encore beaucoup, parce qu’elle a vingt ans, parce qu’elle est fée, elles raviront ses lecteurs et ses lectrices…». Voilà ! Simenon dit qu’elle est jeune et jolie ? Soit il l’a rencontrée, soit on le lui a rapporté. Une énigme de plus pour les amateurs de cet auteur  

Philippe Proost 

1 commento:

Andrea Franco ha detto...

Cronologicamente parlando si tratta della prima prefazione ad un libro scritta da parte di simenon,tra l altro l unica ad un libro per bambini, campo in cui il romanziere di Liegi non si è mai addentrato