sabato 25 novembre 2017

SIMENON SIMENON. SOUVENIRS D'ETRETAT

Quelques réflexions bio-bibliographiques à partir de "Maigret et la vieille dame" 

SIMENON SIMENON. RICORDI DI ETRETAT 
Alcune riflessioni bio-bibliografiche da "Maigret e la vecchia signora" 
SIMENON SIMENON. MEMORIES FROM ETRETAT 
Some bio-bibliographic reflections from "Maigret and the Old Lady" 


En novembre 1949, Simenon vient de s'installer, avec Denyse et le petit Johnny, âgé de quelques semaines, dans une maison louée à Carmel, au bord du Pacifique. Cette nouvelle demeure, cette nouvelle paternité, agissent sur le romancier comme une remontée des souvenirs, et il éprouve le besoin d'évoquer des paysages où il a vécu autrefois, bien auparavantau cours de sa jeunesse en France…  
Le premier roman qu'il écrit à Carmel est un Maigret. Depuis qu'il s'est réconcilié avec son héros, qu'il lui a fait retrouver son bureau (Maigret et son mort), et raconté ses débuts dans la police (La première enquête de Maigret), il l'a envoyé enquêter dans quelques lieux hors de Paris, comme s'il lui faisait faire une sorte de tournée dans les endroits que lui-même a connus, pour pouvoir mieux le réintégrer définitivement dans son bureau à la PJ… Après Porquerolles (Mon ami Maigret) et Tucson (Maigret chez le coroner), cette fois il va dépêcher le commissaire à Etretat (Maigret et la vieille dame). A quelques rares exceptions près (Le revolver de Maigret, Maigret a peurMaigret à l'école, Maigret voyage, Maigret à Vichy), les romans suivants se passeront en principe dans la capitale parisienne 
Maigret et la vieille dame marque donc en quelque sorte la fin d'une première étape, dans les retrouvailles entre le romancier et son héros, avant que, la nostalgie aidant, Simenon écrive quelques-uns des meilleurs romans de la saga, pendant sa féconde "période américaine". 
Si Porquerolles est un des hauts lieux de la mémoire simenonienne, et le cadre de plusieurs romans, si Tucson est le lieu même où il rédige Maigret chez le coroner en même temps que le lieu de l'action, Etretat est un endroit beaucoup moins présent dans ses œuvres. On trouve plusieurs Maigret et "romans durs" qui se passent sur la côte normande, mais Etretat apparaît surtout dans des romans sous pseudonymes. Il faut dire que Simenon a découvert l'endroit à l'époque où naissaient sous sa plume ses romans populaires, puisque c'est en été 1925 qu'il passe, avec Régine, des vacances à Bénouville, près d'Etretat. C'est là qu'il fera la connaissance de la famille Liberge, et qu'il engagera une de leurs filles comme servante, Henriette, bientôt surnommée "Boule".  
Etretat est donc, dans les souvenirs de Simenon, synonyme de loisirs, et il n'y a donc rien d'étonnant à ce que Maigret évoque à plusieurs reprises ce thème vacancier, même si lui-même n'est sur place que pour mener une enquête et faire son travail. Dans ses textes autobiographiques, Simenon parle d'ailleurs davantage de Bénouville que d'Etretat. Si cette dernière est mentionnée surtout pour sa plage, Bénouville rappelle à Simenon la ferme des Liberge, et c'est surtout par rapport à Boule que le village est cité dans ses Mémoires intimes 
Dans les quelques textes où apparaît Etretat dans les oeuvres sous pseudonymes, c'est un décor de villégiature pour vacanciers, comme l'est Deauville dans d'autres romans, ou c'est encore comme une référence implicite à Arsène Lupin dans un roman mettant en scène Yves Jarry (L'amant sans nom). Et c'est à peu près tout pour Etretat, alors que Fécamp, par exemple, sera un lieu normand bien davantage présent dans les romans sous patronyme.  
Nous avions déjà mentionné le clin d'œil que Simenon adresse à Boule dans Au rendez-vous des Terre-Neuvas, avec la famille de pêcheurs Laberge, mais aussi celle des Trochu dans Maigret et la vieille dame. Comme le relève Michel Carly, la description de Rose, la bonne de Valentine Besson, est aussi une référence à Boule.  
Il faut relire la phrase qui ouvre Maigret et la vieille dame, lorsqu'on voit débarquer Maigret dans la petite gare de Bréauté, qui est le même endroit où il prenait le train pour Fécamp dans Pietr le Letton. D'autres souvenirs qui remontent à la surface, comme en des cercles concentriques, comme si ce premier roman de Carmel était le synonyme du nouveau passage de la ligne qu'est en train d'effectuer le romancier.  
Dans ce roman, la présence de la mer, devant laquelle Maigret éprouve des sentiments mitigés, d'admiration, évocateurs de l'enfance, mais aussi d'appréhension, renvoie le romancier et son lecteur à d'autres romans où cette mer est le symbole de tant de sentiments et d'événements divers. Simenon renoue ici avec ses premiers romans Maigret, avec ses souvenirs de jeunesse, mais dans une maturité d'écriture que lui a donnée une certaine expérience de vie… 

Murielle Wenger 

Nessun commento: