sabato 8 giugno 2019

SIMENON SIMENON. PARIS EN TOURISTE OU POUR LE TRAVAIL

A propos des monuments parisiens évoqués dans la saga de Maigret (première partie) 

SIMENON SIMENON. PARIGI COME TURISTA O PER IL LAVORO 
A proposito dei monumenti parigini menzionati nella serie di Maigret (prima parte)  
SIMENON SIMENON. PARIS AS A TOURIST OR FOR WORK 
About the Parisian monuments mentioned in the Maigret saga (first part) 


«Ce qu'on voyait le plus, c'étaient les autocars de toutes les couleurs et de toutes les nationalités qui s'arrêtaient invariablement aux mêmes endroits pour déverser leur plein de touristes: Notre-Dame, Le Louvre, la place de la Concorde, l'Etoile, le Sacré-Cœur et, inévitablement, la Tour Eiffel.» (Maigret et l'homme tout seul) 
Quai des Orfèvres, boulevard Richard-Lenoir. Rue de Birague, place Blanche, rue Fontaine, place Constantin-Pecqueur, place des Vosges. Autant de noms qui évoquent, pour le lecteur de Simenon, et en particulier de la saga maigretienne, des décors, des lieux d'action et d'enquêtes du commissaire. Le Paris (re)créé par le romancier est non seulement vraisemblable, mais il apparaît parfois presque plus authentique, aux yeux du lecteur, que la ville qu'il pourrait parcourir en touriste. Et pourtant, à y regarder de plus près, Simenon a opéré une sélection dans la ville, ne gardant qu'une série de noms de rues, de places, de quartiers, certains revenant plus souvent que d'autres.  
Ces descriptions de Paris ont sans doute donné à plus d'un lecteur l'envie de se rendre sur place pour retrouver les lieux dans lesquels a déambulé le commissaire, suivant Maigret dans les rues, roman en main, découvrant avec plaisir un endroit presque tel qu'il apparaît dans le roman, ou, au contraire, évoquant avec nostalgie un décor perdu… Après tout, même avec le roman le plus tardif de la saga (Maigret et Monsieur Charles, rédigé en 1972), et même en imaginant que Simenon aura quelque peu adapté le décor avec la période de rédaction, cela fait presque cinquante ans d'écart entre celle-ci et la période actuelle… 
Ce Paris de Maigret, tel que raconté par Simenon, tellement évocateur et attractif qu'il en devient un but de voyage idéal, est cependant éloigné du dépliant touristique habituel, qui vante les lieux qu'il faut avoir visités lorsqu'on se promène à Paris. Certes, il y a toutes ces rues et quartiers que Simenon mentionne dans ses romans, et dont on pourrait faire la liste. Cependant, dans cette liste n’apparaîtraient que rarement les monuments que toute agence de voyage qui se respecte ne manquerait pas de signaler.  
En réalité, le Paris que Maigret sillonne en tous sens n'a rien du parcours obligé qui emmène les touristes découvrir la Ville-Lumière. Et pour cause: sauf rares exceptions (voir Maigret s'amuse), Paris est pour le commissaire un lieu de travail, et les endroits où il se rend dépendent des circonstances de ses enquêtes.  
Or, si Simenon a bien fait mener à son héros quelques investigations dans les palaces des Champs-Elysées, les immeubles de la place des Vosges ou les bars de Pigalle, aucune enquête n'a conduit Maigret sur les traces d'un fantôme de l'Opéra, d'un crime commis sur le parvis du Sacré-Cœur ou de celui de Notre-Dame, ou encore au pied de la Tour Eiffel. 
C'est dire si ces monuments ne sont mentionnés que très épisodiquement dans la saga, ne servant qu’à situer un décor, préciser un lieu de passage, ou, à l'occasion, peindre un tableau impressionniste sur une vue de la ville. 
Pour illustrer notre propos, nous avons choisi huit monuments parmi ceux le plus souvent cités dans les guides touristiques. Notons que ces monuments apparaissent principalement dans les romans Maigret d'après 1945, probablement pour deux raisons: d'abord, dans les romans écrits pour Fayard et pour Gallimard, le commissaire enquête souvent hors de Paris, il n'y a donc pas de raison de mentionner les monuments de la ville; ensuite, les romans écrits pour les Presses de la Cité évoquent le Paris nostalgique du romancier, qui s'en réfère à ses souvenirs du temps où il y avait vécu, et ces monuments, pour Simenon qui vivait alors éloigné de la capitale, que ce soit en Amérique ou en Suisse, pouvaient apparaître comme le résumé en un mot d'un lieu typique de Paris. 
Rendez-vous donc à la semaine prochaine pour un passage en revue de ces monuments. 

Murielle Wenger 

Nessun commento: