sabato 2 dicembre 2017

SIMENON SIMENON. "L'OSTROGOTH", LA FIN D'UNE AVENTURE

Simenon et son bateau: du baptême à la séparation 
SIMENON SIMENON. L'OSTROGOTH, LA FINE DI UN'AVVENTURA 
Simenon e il suo battello: dal battesimo alla separazione 
SIMENON SIMENON. THE OSTROGOTH, END OF AN ADVENTURE 
Simenon and his boat: from baptism to separation

Mars 1929 - novembre 1931: c'est le temps que dure l'histoire entre Simenon et son bateau l'Ostrogoth. Nous avons conté cette aventure dans un billet du 28 mai 2016. De Fécamp à Ouistreham, en passant par Delfzijl et Morsang, cette demeure mouvante a vu la naissance de Maigret, et les prémices de la renommée du romancier.  
Dans ses Mémoires, Maigret raconte qu'il avait reçu une invitation qui stipulait: "Georges Sim a l'honneur de vous inviter au baptême de son bateau l'Ostrogoth, auquel M. le curé de Notre-Dame procédera mardi prochain, au square du Vert-Galant." Simenon lui-même reprend cette anecdote dans plusieurs de ses écrits autobiographiques. Tous les textes, études et biographies que nous avons consultés à ce sujet évoquent ce baptême par le curé de Notre-Dame, sans donner de date précise pour cet événement, qu'ils situent entre la mi-mars et la mi-avril. Or, nous avons fini par dénicher, au cours de nos recherches, sur le site fort utile des archives en ligne de la Bibliothèque Nationale de France, deux articles dans des journaux de l'époque, et dont voici les liens: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7646842x/f3 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k631743w/f8. Grâce à ces deux articles, la date de ce baptême peut ainsi être fixée au 3 avril 1929. Petit fait amusant: le 3 avril 1929 était un mercredi… et non un mardi comme Maigret l'évoque dans ses souvenirs… 
Simenon passa donc une vingtaine de mois sur sa demeure flottante. Mais, comme pour les autres lieux où le romancier avait résidé, vint un moment de saturation, quand il sentit qu'il devait changer d'habitation comme il aurait changé de peau, ou comme il aurait passé une nouvelle ligne… Malgré le plaisir qu'il trouvait à être un marin-romancier, il décida un jour de vendre l'Ostrogoth. Cette décision n'arrivait pas au hasard; en effet, à la fin octobre 1931, il avait reçu sa première rétribution pour les droits d'adaptation au cinéma d'un de ses romans: Jean Renoir lui avait acheté La nuit du carrefour, pour une somme de 50 000 francs de l'époque. C'était beaucoup... Quelques jours plus tard, suivit un autre chèque, de 12 500 francs, pour l'adaptation du Chien jaune. "J'étais riche !", s'exclame le mémorialiste dans sa dictée Un homme un autre. 
Ces rentrées d'argent conséquentes eurent pour effet de lui donner la "folie des grandeurs", comme il l'écrit lui-même dans sa dictée Destinées. Il s'était déjà offert une voiture après le succès des premiers romans de la collection Maigret parus chez Fayard, et il lui semblait dorénavant que sa place n'était plus sur un bateau, aussi agréables qu'eussent été tous ces mois passés à bord de celui-ci… 
Et puis, il devait trouver un lieu pour travailler avec Renoir et Tarride sur les deux films en projet. Alors, fini le temps des navigations fluviales sur les canaux de France et d'ailleurs, et il s'installait – richesse oblige ?... – dans une villa sur la Côte d'Azur, à Antibes. Quant à l'Ostrogoth, il décida de s'en séparer, et il le vendit au "gigolo d'une vieille dame richissime", comme il le raconte dans sa dictée Point-Virgule 
Simenon naviguera encore, il sillonnera presque toutes les mers du monde, mais jamais plus sur l'Ostrogoth, qu'il évoquera néanmoins souvent, avec une certaine tendresse, dans ses écrits autobiographiques. Au plaisir du souvenir des longues errances sur l'eau, devait sans doute s'ajouter le fait que c'est à bord de l'Ostrogoth qu'eut lieu le premier grand événement qui allait faire de lui véritablement un romancier. Même si son héros commissaire est né – selon la légende – sur une barge abandonnée dans un canal hollandais, c'est bien l'Ostrogoth qui était à l'origine de cette naissance: tandis que le bateau était immobilisé pour cause de calfatage, le romancier, lui, s'occupait de la "naissance d'un certain Maigret que je ne savais pas devoir me hanter pendant tant d'années et qui allait changer ma vie du tout au tout" (Mémoires intimes)…  

Murielle Wenger 

2 commenti:

Andrea Franco ha detto...
Questo commento è stato eliminato dall'autore.
Andrea Franco ha detto...

à l 'epoque dans les articles de comoedia e du petit journal ont parlé de georges sim...le vrai nom de l auteur n'était pas encore connu..