sabato 16 dicembre 2017

SIMENON SIMENON. MAIGRET, MAITRE DU TEMPS

 Le temps de l'enquête et le temps de l'écriture, le temps du commissaire et le temps du romancier… 

SIMENON SIMENON. MAIGRET, MAESTRO DEL TEMPO 
Il tempo dell'indagine e il tempo della scrittura, il tempo del commissario e il tempo del romanziere... 
SIMENON SIMENON. MAIGRET, MASTER OF TIME 
The time of the investigation and the time of the writing, the chief inspector's time and the novelist's time… 




La maîtrise du temps est importante pour Maigret. Non seulement il doit mener ses enquêtes dans une diligence qui lui permette de ne pas perdre le fil des indices ("il avait horreur d'interrompre une enquête, prétendant qu'une des principales chances de succès est la rapidité. Plus les jours passent et plus il est difficile d'obtenir une précision des témoins" - La colère de Maigret), mais encore les questionnements sur le temps sont importants au cours de ses investigations: connaître l'heure à laquelle une victime a été tuée, connaître l'emploi du temps d'un suspect, ce sont souvent les premières questions que pose le policier au début de son enquête. Une fois qu'il a établi ce cadre temporelet situé le déroulement des événements, il peut s'intéresser aux agissements des suspects, et vérifier leurs assertions en contrôlant leur alibi par rapport à ces indices temporels ("Les questions de temps, en particulier, devaient jouer un rôle important, et il s'ingénia à reconstituer, heure par heure, l'enchaînement des événements." Une confidence de Maigret). 
Cette diligence que nous évoquions plus haut n'empêche d'ailleurs pas que Maigret, s'il veut mener une enquête dans un temps le plus court possible, prenne cependant le temps nécessaire, pour pouvoir ruminer son enquête. D'où l'impression de lenteur que le commissaire peut parfois donner. En cela, Maigret est en quelque sorte "maître du temps", parce qu'il utilise celui-ci à sa guise, cherchant à résoudre l'énigme en un temps aussi ramassé que possible, mais en même temps (!) il utilise chaque parcelle de ce temps qui s'écoule, en "prenant son temps", dans tous les sens du terme, remplissant cet espace temporel de ses cogitations et de ses ruminations. 
Comme l'intrigue, dans les romans de la saga, est vue à travers le regard de Maigret (ce qu'on appelle la "focalisation interne"), c'est le commissaire lui-même qui doit maîtriser ce déroulement temporel; autrement dit, c'est lui qui doit avoir à sa disposition le moyen de savoir l'heure qu'il est à tel moment de son enquête. Pour ce faire, il dispose d'outils, c'est-à-dire d'objets qui indiquent le temps, telles les horloges, les pendules et les montres. Maigret peut regarder l'heure à une horloge dans un café, à la gare, sur un clocher, dans les rues de Paris ou dans un intérieur qu'il visite.  
Maigret possède lui-même trois garde-temps à sa disposition: le réveille-matin qui se trouve boulevard Richard-Lenoir, et qui lui permet de savoir à quelle heure il vient de se faire réveiller en pleine nuit par un coup de téléphone; ensuite, la pendule qui trône sur la cheminée dans son bureau au Quai des Orfèvres, et qui donne l'heure qu'il est au moment où se déclenche l'événement qui va inaugurer une nouvelle enquêteEnfin, Maigret porte lui-même une montre, qu'on lui voit tirer parfois de sa poche lors de l'attente – plus ou moins patiente – d'un événement qui doit modifier le cours de l'enquête. 
Cette maîtrise du temps dont Simenon a doté Maigret se reflète dans le texte même des romans, que l'auteur parsème d'innombrables notations temporelles, qui non seulement marquent le déroulement de l'enquête, en faisant sentir le passage des heures et des jours, mais aussi structurent le récit, lui donnent une certaine cohérence, et, à côté des nombreuses évocations météorologiques, les indices temporels sont partie intégrante de l'intrigue.  
Si Maigret ne va pas jusqu'à être obnubilé par le temps qui passe, ces nombreuses marques temporelles ne reflètent-elles pas cette obsession de Simenon lui-même, ce frénétique de l'écriture, qui avait besoin d'une routine "réglée à la minute près", même une fois cessée son activité de romancier, lui qui écrivait dans une de ses dictées: "En somme, mon emploi du temps est une sorte de mécanique qu'un programmateur aurait pu établir. Notre petite maison rose est pleine d'horloges. J'ai la manie des montres. Et pourtant je ne regarde jamais l'heure. Je n'en ai pas besoin. Je la connais instinctivement." (Vacances obligatoires)…  

Murielle Wenger 

Nessun commento: