martedì 12 dicembre 2017

SIMENON SIMENON, MAIGRET, LA SEDUCTION D'UNE VIRILITE RASSURANTE

Les traits caractéristiques physiques et moraux de Maigret, et pourquoi Lino Ventura aurait été un bon interprète du commissaire... 

SIMENON SIMENON. MAIGRET, LA SEDUZIONE DI UNA VIRILITÀ RASSICURANTE 
I tratti caratteristici fisici e morali di Maigret, e perché Lino Ventura sarebbe stato buono nei panni del commissario... 
SIMENON SIMENON. MAIGRET, THE SEDUCTION OF A REASSURING VIRILITY 
Maigret's characteristic physical and moral features, and why Lino Ventura would have been good in playing the Chief Inspector...

"Il était grand et large, large surtout, épais, solide". Tel apparaît Maigret dans un des premiers romans de la saga, et tel il dut être découvert par ses premiers lecteurs, puisque c'est dans Le pendu de Saint-Pholien que l'on trouve ces qualificatifs attribués au commissaire. D'emblée, la silhouette du policier est fixée: une haute stature, une taille épaisse, qu'il ne faut pas forcément imaginer sous la forme d'un ventre proéminent (quoiqu'avec les bières que Maigret ingurgite… et d'ailleurs, il est dit une fois de lui qu'il a un "abdomen rebondi", mais c'est peut-être l'inaction de la retraite qui a provoqué ceci, puisque c'est dans Maigret se fâche qu'on trouve ce terme descriptif !), mais plutôt sous la forme d'une forte carrure, dessinée par ses "larges épaules".  
Maigret est donc une silhouette aussi bien en largeur qu'en hauteur, il n'est ni petit (il mesure un mètre quatre-vingts), ni fluet (il pèse cent kilos), et cette allure fait partie de son personnage. C'est pourquoi ce thème revient régulièrement lorsqu'on parle des adaptations des romans au cinéma, parce qu'il faut trouver un acteur qui, lui aussi, donne cette impression massive. N'est-ce pas un des principaux reproches que l'on fait au dernier interprète en date, Rowan Atkinson, qui, s'il n'est pas particulièrement petit, manque cependant un peu de "poids", physiquement, pour incarner le commissaire, et c'est peut-être cela qui fait que tant de maigretphiles ont de la peine à le reconnaître en Maigret, malgré qu'Atkinson réussisse (à mon avis…) à manifester la pesanteur morale et psychologique du policier…  
Il est indéniable que l'aspect de Maigret, tel que Simenon l'a créé et décrit à longueur de romans, fait partie inhérente du personnage, et que la représentation que chaque lecteur s'en fait intègre ces caractéristiques physiques. Tel le verra plutôt "enveloppé", genre "bon gros", tel le verra plutôt "charpenté", genre "armoire à glace"… Mais dans tous les cas, c'est un Maigret en épaisseur qu'on imagine, dans le sens que c'est une silhouette en trois dimensions qui émerge des pages des romans… 
Le choix de celui qui doit incarner le commissaire nécessite un acteur qui ait cette carrure, mais celle-ci ne suffit pas, parce que cette épaisseur physique de Maigret est en réalité un reflet de sa solidité morale, et ce n'est pas pour rien que son créateur l'imagine d'emblée comme un homme de 45 ans, un âge qui lui permet d'avoir un certain recul sur les choses, et qui contribue à lui donner cette solidité. C'est aussi un homme qui, de par son expérience professionnelle, a beaucoup appris, et cela lui donne une forme d'assurance – malgré les doutes qu'on lui voit traverser souvent – qui lui permet de se mouvoir dans la vie avec une "force tranquille": il donne "une telle impression de puissance tranquille, confiante", nous dit-on dans Monsieur Gallet, décédé 
Ce côté "homme qui a beaucoup vécu" est peut-être ce qui a fait le succès d'un Jean Gabin dans le rôle, car, à y bien réfléchir, l'acteur  n'était pas particulièrement bâti comme une armoire à glace ! Certes, il avait une certaine carrure physiquemais qui apparaît plutôt trapue, et il ne devait pas atteindre le mètre quatre-vingts de Maigret. Mais c'est autre chose qui fait autorité dans son cas: tout son vécu qui transparaît dans ses attitudes et dans sa façon d'être. Plus proche de nous, un Bruno Crémer avait pour lui aussi bien son assurance due à l'expérience que sa haute stature, et celle-ci a sans doute fait beaucoup, outre son indéniable talent, pour qu'il s'impose en Maigret. 
Cependant, il est encore un autre acteur que j'aurais aimé voir incarner mon commissaire préféré: c'est Lino Ventura. Sans être lui non plus une silhouette pachydermique, il avait une certaine carrure, et il aurait eu les épaules du rôle, pas seulement physiquement, mais moralement. Il avait cette autorité tranquille, cette puissance virile, cette force qui sait se faire douceur à l'occasion, et qui sont autant de traits dont Maigret est doté. Lino Ventura, de plus, aurait apporté aussi au personnage une chose qui peut sembler moins évidente au premier abord, mais que les maigretphiles du sexe féminin ont peut-être mieux saisi, justement parce qu'elles sont femmes: c'est une certaine séduction, qui appartient indéniablement à Maigret (et que Bruno Crémer, en particulier, a su faire ressortir dans certains épisodes de la série, ce qui fait que celle-ci a de très nombreuses aficionadas…). On peut voir cette séduction sous la forme d'une figure paternelle et bienveillante, mais cela n'empêche pas que Maigret a aussi son côté séducteur. Non pas qu'il cherche à séduire délibérément les femmes qu'il croise (bien trop "chaste", comme le décrit son créateur, et bien trop fidèle à Mme Maigret pour cela…), mais celles-ci sentent cet attrait séduisant du commissaire, même si c'est à son corps défendant… Comment expliquer sinon le nombre de personnages féminins qui n'hésitent pas à déployer leurs charmes devant le commissaire (rappelons l'exemple particulièrement explicite d'Else dans La nuit du carrefour, mais on pourrait aussi en évoquer beaucoup d'autres)… Maigret offre la séduction de sa virilité tranquille, parce que c'est une présence rassurante. Comme l'a si bien noté Evelyne Sullerot: "que de fois il m'a fait regarder, en me sentant fondante, de placides et lourds hommes mûrs calés devant un petit blanc […], la pipe au bec, l'air apparemment vide et heureux. La suprême virilité, être un homme bien dans sa peau d'homme"…  

Murielle Wenger 

Nessun commento: