martedì 22 agosto 2017

SIMENON SIMENON. UN PETIT AIR DE FECAMP…

Les souvenirs du romancier décantés dans le roman "Au rendez-vous des Terre-Neuvas" 

SIMENON SIMENON. UNA PICCOLA ARIA DA FECAMP… 
I rIcordi del romanziere decantati nel romanzo "Al Convegno dei Terranova" 
SIMENON SIMENON. A LITTLE AIR FROM FECAMP... 
The novelist's memories decanted in the novel "The Grand Banks Café" 


Si l'on faisait une liste des lieux dans lesquels Simenon envoie son commissaire enquêter, dans les romans de la période Fayard, on remarquerait que le romancier ne cesse de faire des va-et-vient entre la capitale parisienne et les endroits qu'il a connus jadis et naguère. Comme s'il s'agissait de les faire découvrir à son héros, l'obligeant à mettre ses pas dans ceux de son créateur… 
Pietr le Letton voit son intrigue osciller entre Paris et Fécamp; Le charretier de la Providence se déroule sur les canaux que Simenon a parcourus en 1928; Monsieur Gallet, décédé se passe surtout sur les bords de la Loire, tandis que Le pendu de Saint-Pholien emmène Maigret sur les souvenirs d'enfance du petit Sim. On retourne à Paris dans La tête d'un homme (et en particulier dans le mythique Montparnasse de La Coupole), puis Le chien jaune nous emmène en Bretagneet La nuit du carrefour dans la grande banlieue parisienne. En somme, Simenon nous invite à un "tour de France" élargi, pour ces six premiers romans de la série.  
Puis le romancier va emmener son personnage sur d'autres lieux de ses souvenirs, d'abord à Delfzijl, berceau légendaire du commissaire (Un crime en Hollande), puis à Fécamp (Au rendez-vous des Terre-Neuvas), et ensuite de nouveau à Liège (La danseuse du Gai-Moulin), avant de retrouver Paris et Morsang dans La guinguette à deux sous, Ouistreham dans Le port des brumes, puis de nouveau Paris dans L'ombre chinoise (et la place des Vosges où Simenon avait son domicile), et ensuite l'Allier et les réminiscences du comte de Tracy (L'affaire Saint-Fiacre), puis la frontière franco-belge (Chez les Flamands), le sud-ouest (Le fou de Bergerac), et enfin la Côte d'Azur (Liberty Bar), pour cette première série de dix-sept romans écrits quasiment à la chaîne.  
Par la suite, à part quelques escapades plus rares, Maigret enquêtera pour l'essentiel en France, et le plus souvent à Paris, lorsque son créateur, donnant un ton de véracité plus grand à sa fiction, cantonnera son commissaire dans ses attributions officielles de commissaire rattaché à la Police judiciaire parisienne. Ce qui n'empêchera d'ailleurs pas celui-ci de se permettre quelques enquêtes officieuses, en particulier lorsqu'il sera en vacances, ou à la retraite. Mais force est de remarquer que c'est dans les romans de la période Fayard que Simenon promène davantage son héros aux quatre coins de la France, et ceci dans des lieux qui sont toujours en relation avec des souvenirs du romancier.  
Intéressons-nous plus particulièrement au roman Au rendez-vous des Terre-Neuvas, qui se déroule, comme nous l'avons dit plus haut, à Fécamp. Plusieurs souvenirs de l'auteur sont liés à ce port normand. C'est d'abord là que Simenon a fait construire son bateau, sur le modèle des chalutiers fécampois, "un cotre solide et trapu […] Un bon gros bateau de mer capable de résister aux coups de tabac." (Un homme comme un autre). Le romancier se rend donc à plusieurs reprises à Fécamp pour surveiller la construction de l'Ostrogoth, et il descend "dans une petite auberge où il n'y avait que deux chambres et que, le soir, fréquentaient les pêcheurs de l'endroit qui sentaient encore la marée" (ibid.), et dans laquelle on pourrait reconnaître une inspiration pour le café du port dans le roman.  
Mais Simenon connaissait déjà la région auparavant, car il y avait passé des vacances à l'été 1925, à Etretat. C'est alors qu'il fit la connaissance d'une famille de pêcheurs du petit village de Bénouville, et qu'il engagea une de leurs filles comme servante. C'est ainsi qu'Henriette Liberge, bientôt baptisée "Boule", entra dans la vie de Georges. Dans son ouvrage Simenon et les femmes, Michel Carly a tracé un très joli portrait de Boule, et nous y renvoyons nos lecteurs pour plus de détails. Mentionnons cependant, comme le relève Michel Carly, que Simenon a adressé plusieurs clins d'œil à Boule à travers son œuvre, et en particulier dans deux romans maigretiens: d'une part, Maigret et la vieille dame, où la famille Trochu, des pêcheurs d'Yport, est inspirée de la famille Liberge; comme l'est celle des Laberge dans Au rendez-vous des Terre-Neuvas 
Et, pour qui veut découvrir comment les souvenirs du romancier se mêlent, entre ce qu'il a vécu à Fécamp et ce qu'il en a écrit dans ce roman, il suffit de lire ces quelques lignes de ses Mémoires intimes, à propos de la construction de l'Ostrogoth: "Je me précipite à Fécamp dont on respire, dès la gare, la forte odeur de morue et de hareng et où il ne reste que quelques terre-neuvas à voiles parmi les coques de métal noir qui s'entrechoquent dans le port en attendant le grand départ. Le village de Boule n'est qu'à quelques kilomètres, perché au bord de la falaise blanche. Son père a vécu une vingtaine de campagnes sur Terre-Neuve à bord d'une goélette qui ne rentrait au port qu'au bout de huit mois. […] Je [descends] dans un bistrot du port, fréquenté par les marins où on ne trouve que deux ou trois chambres assez primitives. […] Parfois, je vais seul à Fécamp, et couche deux ou trois nuits consacrées à ma passion pour les femmes qui égale mon récent amour pour la mer."… 

Murielle Wenger 

Nessun commento: