giovedì 1 marzo 2018

SIMENON SIMENON. SIMENON, MAIGRET ET L'ALCOOL /1

Les rapports du romancier avec l'alcool 

SIMENON SIMENON. SIMENONMAIGRET E L'ALCOL /1 
Il rapporto del romanziere con l'alcol  
SIMENON SIMENON. SIMENON, MAIGRET AND ALCOHOL /1 
The novelist's relationship with alcohol 

Sur le site de Steve Trussel, «Simenon and his inspector Maigret», se trouve un article fort intéressant, intitulé «Les bières de Maigret», écrit par Murielle Wenger. Je retiens tout spécialement deux passages de ce textele premier où elle rappelle que «Depuis déjà avant le séjour du commissaire à Vichy, le docteur Pardon l’a mis en garde contre les excès, lui suggérant de boire un peu moins.»; le deuxième est le relevé statistique que Wenger a fait en rapportant la consommation de verres de bières roman par roman sur une échelle, démontrant ainsi qu’il n’y a pas de roman sans bière mais que , au contraire, cinq à six bières par jour sont fréquents, allant même jusqu'à dix bières dans certains romans. Encore faut-il remarquer que Murielle Wenger n’a relevé ici que la bière et ne parle pas du vin avec le repas ou le verre de prunelle qui se trouve sur le buffet chez lui à la maison.  
La relation de Maigret avec l’alcool n’est pas surprenante pour qui connaît la biographie de son auteur Georges Simenon. Ce dernier a été, lui-même, tout du long de sa vie, un solide buveur, et certains auteurs n’hésitent pas à employer à son égard le terme d’alcoolique. Jeune reporter déjà, il fréquente «La Caque, un groupe de poètes, rapins et autres jeunes artistes. Ces Compagnons de l’Apocalypse se réunissent pour des beuveries (qu’ils nomment séances orgiaco-mystiques) dans un grenier situé derrière l’église Saint-Pholien, impasse de la Houpe à Liège.» (texte repris du site Repérages). C’est d’ailleurs dans cette ambiance enfumée et entouré des effluves d’alcool qu’il rencontrera la jeune fille, peintre, qui deviendra plus tard son épouse, à savoir Régine Renchon. Pourtant cela ne représente en rien l’exemple reçu à la maison, car son père est un homme tranquille qui aime rester chez lui avec son journal et sa pipe.  
Plus tard, à Paris, Simenon mène grand train et devient un «buveur social»; pas étonnant puisque il y retrouve son ami de La Caque, Luc Lafnet, et quelques jeunes artistes, peintres, poètes et autres de ce même gabarit, se réunissant dans des mansardes jusqu’à des heures indues. Ensuite les voyages sur les rivières sont des années plus calmes, encore que, pendant le calfatage de son bateau à Delfzijl, il ne se prive pas d’aller boire régulièrement son petit genièvre; voici comment Simenon lui-même nous le raconte: «Je me revois, par un matin ensoleillé, dans un café qui s’appelait, je crois, Le Pavillon… Ai-je bu un, deux, ou même trois petits genièvres colorés de quelques gouttes de bitter ? Toujours est-il qu’après une heure …je commençais à voir se dessiner la masse puissante et impassible d’un monsieur qui… ferait un commissaire acceptable.» (La naissance du commissaire Maigret; Ed. Rencontre 1966). 
Mais la période la plus sombre se situe certainement à Cannes. En effet, «…au printemps 1955, Simenon débarque en France, venant des Etats-Unis, mais n’envisage plus de vivre à nouveau à Paris, la capitale ayant à ses yeux perdu tous ses charmes et de plus il recherche maintenant la tranquillité. C’est dans le midi de la France, à Mougins, puis sur les hauteurs de Cannes qu’il pose ses valises dans une villa de rêve qui porte le nom de «Golden Gate». En ces lieux au climat idéal tout devrait aller pour le mieux. Pourtant ce n’est pas le cas. Depuis les premiers troubles psychologiques de Denyse mais aussi les problèmes d’alcoolisme du couple, le romancier a besoin de la boisson comme stimulant lorsqu’il écrit.» (texte repris de Bernard Alavoine). 
Vu ce qui précède, il est logique d’admettre que l’auteur a transmis à son personnage le plus constant des traits ou habitudes se rapportant à sa propre façon de vivre. Mais avant de chercher à prouver que Maigret est, ou n’est pas, un alcoolique, il faut définir ce que c’est que l’alcoolisme. Pour ce faire, je reprends ici la définition telle qu’on la trouve dans le Larousse Médical: «Alcoolisme: Ensemble des troubles immédiats ou lointains résultant de l’intoxication, aigue ou chronique par l’alcool. L’alcoolisme chronique est dû à l’ingestion habituelle et immodérée des vins ou des boissons alcooliques quelles qu’elles soient.». La définition d’alcoolisme chronique selon l’Organisation Mondiale de la Santé est même plus large et ne parle pas de consommation immodérée mais de consommation régulière et chronique, plus ou moins excessive.  
Comme on l’a vu auparavant, dans l’étude de Murielle Wenger, Maigret a une
consommation de bière régulière et chroniqueet puisque son ami, le docteur Pardon, lui a conseillé de boire un peu moins, on peut admettre que sa consommation est plus ou moins excessive. De ce fait, la consommation d’alcool de Maigret correspond tout à fait à la définition d’alcoolisme telle que décrite par l’OMS. Mais peut-on dire que Maigret est un alcoolique pour autant? La consommation du commissaire ne serait-elle pas plutôt du type buveur social ? Le verre de bière avec les collègues après le travail ou la fameuse bière avec sandwich lors des interrogatoires ? On trouve la réponse à cette question dans La Médecine des Familles«Déjeuners de travail, pots entre amis, dîners en famille… Bien souvent l’alcoolisation se fait au quotidien et le buveur pense être * dans la norme*. Il est ainsi important de rappeler les seuils d’une consommation modérée: chez l’homme 3 verres d’alcool par jour maximum (soit 36 g d’alcool pur) et chez la femme 2 verres par jour (soit 24 g). Que l’on opte pour une flûte de champagne, une chope de bière ou un verre de vin, on consomme à peu près la même quantité d’alcool: 10 g par verre. Ainsi le repère d’unité d’alcool correspond à un verre.». Pourquoi le docteur Pardon conseille-t-il à Maigret d’y aller doucement avec la boisson ? Tout simplement parce que l'alcool se propage à travers le corps par l'intermédiaire du sang, et boire même modérément peut avoir toutes sortes d'effets négatifs sur l'ensemble du corps. Mais qu’en est-il de Maigret ? Trop ou pas trop d’alcool ? Nous le verrons dans un prochain article. 

Philippe Proost  

Nessun commento: