venerdì 20 luglio 2018

SIMENON SIMENON. SIMENON, MAIGRET ET LE SUD

Les rapports du romancier et de son personnage avec les ambiances méditerranéennes 

SIMENON SIMENON. SIMENON, MAIGRET E IL SUD 
Le relazioni del romanziere e del suo personaggio con atmosfere mediterranee 
SIMENON SIMENON. SIMENON, MAIGRET AND THE SOUTH 
The relationship of the novelist and his character with Mediterranean atmospheres 



"En réalité on dirait qu'il y a deux hommes en moi qui se disputent sans cesse: un homme du Nord, féru d'ordre et de discipline, et un homme du Sud couché dans son hamac sous un figuier, tandis que la Méditerranée vient lécher la rive à ses pieds." (Simenon, dictée Des traces de pas). "- Vous n'aimez pas la Méditerranée ? - En principe, je n'aime pas les endroits où je perds le goût de travailler." (Mon ami Maigret) 
Simenon. Les brumes. L'espace Nord. Les péniches sur les canaux flamands et hollandais. Maigret. Les ports normands et bretons. Les enquêtes à Liège sur les traces de l'enfance du romancier. Clichés que tout cela ? Peut-être pas, mais une vision réductrice si on s'arrête là. Comme l'écrit Simenon dans la dictée citée ci-dessus, il n'est pas qu'un homme du Nord, et il a beaucoup aimé l'ambiance nonchalante du sud méditerranéen. Qu'on se rappelle ses séjours enchantés à Porquerolles. Cet "appel du sud" revient régulièrement dans la vie du romancier. Après la découverte de Porquerolles en 1926, il retournera plusieurs fois sur place, mais d'autres endroits l'attireront sur la Côte d'Azur. C'est ainsi par exemple que, grâce à l'argent reçu pour la vente des premiers romans Maigret et les premières adaptations cinématographiques, il louera une villa à Antibes. Plus tard, c'est à Cannes qu'il s'installera pour un temps, à son retour d'Amérique.  
Pour en revenir à ce que nous disions plus haut, il ne faut pas oublier que tous les romans de Simenon ne se déroulent pas dans les brouillards nordiques, et qu'on en trouve qui grésillent sous le soleil. Et pas seulement des romans "tropicaux", mais aussi des romans dont l'action se situe justement sur la Côte d'Azur. Pour les romans durs, rappelons, entre autres, Antibes dans Les volets verts, Cannes dans Strip-tease, Porquerolles dans Le cercle des Mahé, et divers lieux dans Cour d'assises.  
Et Maigret n'est pas en reste. Fidèle à sa manière d'envoyer son commissaire enquêter sur des lieux que lui-même a fréquentés, Simenon ne manque pas de transférer Maigret aussi sur la Côte d'Azur. C'est l'occasion également de plonger son héros dans une atmosphère nouvelle et inhabituelle, et de donner à voir comment le commissaire, loin de son ambiance de travail coutumière, se comporte dans la chaleur méridionale. Et le romancier de multiplier, dès la première descente de Maigret vers le sud (dans Liberty Bar), les notations un brin humoristiques sur les états d'âme du gros policier soumis au farniente méditerranéen: dans une "sensation de vacances" (ce sont les mots qui ouvrent le roman), Maigret sue, s'éponge, étanche sa soif à coups d'apéritifs anisés, et il a toutes les peines du monde à se forcer pour mener son enquête à bien, amolli qu'il est par l'ambiance… Il s'en souviendra plus tard, quand Simenon l'enverra enquêter à Porquerolles. Ainsi que le commissaire l'explique à M. Pykeen évoquant "une enquête, jadis, à Antibes et à Cannes", pour laquelle il se rappelle "surtout une chaleur accablante et une envie de dormir qui ne [le] quittait pas". C'est dans Mon ami Maigret que Simenon fait retrouver à son héros ses propres découvertes de l'île, dans un texte qui est, comme le dit le romancier lui-même dans ses Mémoires intimes"un peu comme une carte postale de Porquerolles". Un lointain souvenir d'Antibes reviendra à la mémoire de Maigret dans l'avant-dernier roman de la saga: en effet, dans Maigret et l'indicateur, le commissaire fait un bref aller-retour à Bandol, un séjour qui, pour court qu'il soit, est cependant suffisant pour qu'il retrouve des sensations vécues dans Liberty Bar: le soleil qui lui brûle la peau au sortir de la gare, le fiacre qu'il emprunte, la paresse qu'il ressent, et l'envie de vacances à passer sur place avec Mme Maigret… 
A part quelques autres passages sur la Côte pour Maigret (Cannes dans Les caves du Majestic, Nice et Monte-Carlo dans Maigret voyageToulon dans La folle de Maigret), les enquêtes du commissaire se confinent en majorité plus au nord, probablement parce que celui-ci, en réalité, a besoin d'une atmosphère plus "fraîche" pour être à son aise. Le sud est pour lui synonyme de relâche et de difficultés à se concentrer sur son travail. Et donc, il pratique peu, à l'encontre de son créateur, cette alternance entre nord et sud, une alternance dont Simenon usa pendant longtemps. Ainsi qu'il l'écrit dans Des traces de pas"après six mois, j'étais obligé de m'enfuir. Ce rythme lent, sous le soleil chaud, […] cette sorte de veulerie qui finissait par m'atteindre, moi aussi, me faisaient presque peur et je me sentais redevenir homme du Nord. C'est donc dans le Nord, y compris Paris, que je me hâtai d'aller vivre. […] A peine avais-je passé deux mois à Paris que je m'enfuyais à Nieul-sur-Mer. Et à Nieul-sur-Mer, la nonchalance de Porquerolles me manquait, si bien que je retournais dans l'île."; et dans Un homme comme un autre: "je me retrouvais l'homme du Nord qui avait besoin de ciel gris et même de journées pluvieuses, besoin aussi d'une activité organisée". Maigret, lui aussi, a peut-être besoin du gris de la pluie pour se sentir dans son élément… à condition cependant que celle-ci alterne avec le soleil printanier qui baigne les rues de Paris… 

Murielle Wenger 

Nessun commento: