sabato 2 marzo 2019

SIMENON SIMENON. LE CHIEN JAUNE ET LA BONNE FÉE

Quel rôle initial le cinéma a-t-il joué dans la notoriété de Maigret ? 

SIMENON SIMENON. IL CANE GIALLO E LA BUONA FATA 
Che ruolo iniziale ha avuto il cinema nella notorietà di Maigret? 
SIMENON SIMENON. THE YELLOW DOG AND THE GOOD FAIRY 
Which role did cinema initially play for Maigret's notoriety? 


Mars 1931. Simenon, après le succès publicitaire du Bal anthropométrique, se retire en Ile-de-France, à une quarantaine de kilomètres au sud de Paris, à Guigneville-sur-Essone. Il loge au château de La Michaudière, transformé en hôtel-restaurant de luxe. Sans doute a-t-il besoin de calme pour continuer sur sa lancée et écrire de nouveaux romans pour la collection Maigret inaugurée par Fayard.  
Comme l'exigent les clauses du contrat signé entre l'éditeur et le romancier, cette collection doit paraître à raison d'un nouveau roman chaque mois, et le Chien jaune sort en avril. Alors que Simenon, toujours à La Michaudière, compose le volume suivant, La Nuit du carrefour, se préoccupe-t-il des critiques qui pourraient avoir paru à propos du Chien jaune ? On peut imaginer que oui, car il devait se demander si les retombées du Bal anthropométrique iraient plus loin que le simple succès médiatique…  
Et sans doute a-t-il dû avoir alors quelques incertitudes. Rares, en effet, furent les critiques, en 1931, à s'intéresser aux romans d'un point de vue littéraire, et on se gaussait surtout du romancier et de ses exploits, d'aucuns rappelant avec ironie l'épisode de la cage de verre, et l'époque du «romancier-vapeur»… Il est symptomatique de voir que Georges Charensol, un des premiers à parler des talents du romancier, publie un papier sur lui dans Les Nouvelles littéraires en août 1931, à la rubrique «Maîtres du roman populaire - Les illustres inconnus». A la date où paraît cet article, la collection Maigret compte déjà sept volumes, et, malgré que Charensol parle en termes élogieux de plusieurs des romans, dont Le Chien jaune, son article évoque Georges Sim… Sim et non Simenon…  
Les articles critiques commenceront à être plus nombreux seulement à partir de 1932. Comme l'écrit Jean-Christophe Camus (in Simenon avant Simenon, Les Années parisiennes): «Dans un premier temps embarrassée, la critique devient au fil des mois déconcertée par le succès populaire de la série qui, s'il ne s'avère pas foudroyant, étonne par sa lente et sûre progression. Au départ tirés à 20 000 exemplaires, les premiers Maigret grimpent à 60, puis à 70 000 pour dépasser, en 1932-33, les cent mille exemplaires.» Effectivement, il fallut du temps aux instances littéraires pour découvrir la qualité des romans de la saga maigretienne, alors que les lecteurs, eux, furent très vite conquis par ce personnage de commissaire aux méthodes particulières.  
Mais peut-être y eut-il un autre facteur qui entra en jeu dans le succès de Maigret. En effet, il faut noter que lorsque les journaux commencèrent à évoquer Le Chien jaune, puis La Nuit du carrefour, ce fut dès la préparation et la sortie des films qui avaient été adaptés de ces deux romans. C'est alors que l'on découvrit l'atmosphère, les ambiances particulières décrites par le romancier. Mais combien de ces critiques avaient-ils lu les romans avant de voir les films ?...  
On peut se poser la question: quel rôle le cinéma a-t-il pour la notoriété de Maigret ? Le fait que des films aient été adaptés très rapidement après la sortie des romans ne constitua-t-il pas un indice sur la bienfacture de ceux-ci ? Lorsque Simenon écrivait, dans ses Mémoires intimes, que «dès les premiers Maigret, le cinéma a surtout joué le rôle de bonne fée», il pensait avant tout aux rentrées financières de la cession des droits d'adaptation. Mais le cinéma n'a-t-il pas joué, au moins en partie, le rôle de bonne fée aussi pour Maigret, parce que, même si le succès de ces films fut loin d'être avéré, il avait au moins eu le mérite de faire parler du commissaire dans les journaux, avant que les critiques finissent par découvrir que Simenon était un romancier talentueux, et Maigret un véritable héros littéraire…  

Murielle Wenger 

Nessun commento: