lunedì 28 marzo 2016

SIMENON SIMENON. LES CAVES DU MAJESTIC EN FEUILLETON DANS LE JOURNAL MARIANNE

Pourquoi et comment Simenon se remet à écrire des romans sur Maigret en 1940

SIMENON SIMENON . ISOTTERRANEI DEL MAJESTIC A PUNTATE SUL GIORNALE MARIANNE
Perche e come Simenon si rimette a scrivere dei romanzi su Maigret nel 1940

SIMENON SIMENON: THE CELLARS OF THE MAJESTIC AS SERIAL IN  THE NEWSPAPER MARIANNE
Why and how Simenon goes back to writing novels about Maigret in 1940
Depuis les nouvelles parues en 1938-39 dans le journal Police-Film/Police-Roman, Simenon n'a plus publié d'enquêtes de son commissaire; il veut dorénavant se consacrer à une nouvelle étape en littérature, en tant que romancier faisant partie de l'écurie Gallimard…
Ce dernier insiste déjà depuis un certain temps auprès du romancier pour qu'il écrive à nouveau des Maigret, parce que ceux-ci ont toujours rapporté plus que les romans "durs" (ayant fait ses comptes, Gallimard découvre que les romans qu'il publie se vendent en moyenne à 15000 exemplaires, alors que les Maigret chez Fayard en étaient à 25000…). Simenon refuse toujours, estimant avoir tourné la page avec Maigret. En novembre-décembre 1939, l'éditeur et le romancier échangent des courriers pour trouver une nouvelle idée de publication avec des textes sur Maigret. Simenon a dû s'y résoudre, car la guerre est arrivée, avec son cortège d'ennuis et de restrictions, et il se rend compte qu'il a besoin de "faire bouillir la marmite", comme il l'écrit à Gide et à Gallimard. Il propose à celui-ci le lancement d'une collection mensuelle à l'instar de ce qu'il avait fait avec Fayard, mais l'idée ne tient pas la route: Simenon lui-même ne se voit plus accomplir "l'exploit sportif" qu'il avait fait au début des années trente, et Gallimard n'imagine pas pouvoir éditer un livre tous les mois. On renonce donc au projet, mais Simenon s'est quand même mis au travail, et en décembre 1939, il écrit un texte pour son héros, non sous forme de nouvelle, mais cette fois c'est un roman, Les caves du Majestic. En attendant une potentielle édition chez Gallimard, Simenon publie le texte dans l'hebdomadaire Marianne.
Ce journal, qui porte fièrement en titre "L'hebdomadaire de l'élite intellectuelle française et étrangère", a été lancé en 1932 par Gaston Gallimard, qui l'a revendu en 1937. Dès les débuts du journal, Simenon lui a apporté ses contributions: en 1933, trois nouvelles signées de sa plume y ont paru: La nuit des 7 minutes, Le grand-Langoustier et L'énigme de la Marie-Galante, sous le titre "La Croisière invraisemblable". Trois romans y ont été publiés en préoriginale: Le locataire en 1933-34, Faubourg en 1936 et Le Coup de Vague en 1938-39. C'est aussi pour ce journal que Simenon écrit trois reportages: en 1934 Mare Nostrum ou La Méditerranée en goélette, en 1935 En marge des méridiens, récits sur son voyage autour du monde, et en 1937, Long cours sur les rivières et les canaux.
C'est donc dans ce journal que Simenon, en 1940, va faire paraître son dernier roman en date sur Maigret. Un "battage publicitaire" est organisé dès le 6 mars, avec en une ce slogan "Prochainement Marianne publiera une œuvre sensationnelle de Georges Simenon: Les caves du Majestic"; le 13 mars, on remet ça: "Prochainement vous lirez dans Marianne Les caves du Majestic, un roman policier qui est indiscutablement l'œuvre la plus puissante de Georges Simenon"; le 20 mars, on annonce: "Dans quelques semaines: Les caves du Majestic l'angoissant roman policier de Georges Simenon"; le 27 mars: "Georges Simenon, le maître des énigmes policières, a écrit Les caves du Majestic, un roman que Marianne publiera bientôt"; le 4 avril: "Le plus étrange roman policier de Georges Simenon: Les caves du Majestic sera publié par Marianne dans quelques semaines"; le 10 avril: "Les caves du Majestic, l'angoissant roman policier de Georges Simenon, commencera dans Marianne le 24 avril"; et le 17 avril: "Dans notre prochain numéro commencera l'étrange roman policier de Georges Simenon: Les caves du Majestic".
Et c'est donc finalement le 24 avril que débute la publication en feuilleton, sur une demi-page (voir ici: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76448837/f9). Les épisodes suivants sont publiés régulièrement chaque semaine jusqu'au 12 juin. Après la débâcle de juin 1940, le journal "s'exile" à Lyon, et ne reprend sa publication que le 17 juillet, son titre étant désormais "l'hebdomadaire de l'idéal et de l'intérêt français". Le feuilleton de Simenon continue d'y être publié, et il occupe dorénavant une page entière. Les bibliographies simenoniennes restent vagues sur la date de la dernière parution, mentionnant un hypothétique mois d'octobre, mais, à notre connaissance, le journal a cessé de paraître en août 1940, et le dernier numéro qu'on trouve sur le site Gallica est celui du 28 août, dans lequel le feuilleton est arrivé au milieu du chapitre 8 du roman. Il est donc probable, à moins que d'éminents chercheurs puissent nous apporter des renseignements différents sur le sujet, que les lecteurs du journal ne connurent pas la fin de l'histoire… et durent l'attendre jusqu'en 1942, quand le texte parut chez Gallimard dans le recueil intitulé Maigret revient… 

Murielle Wenger

1 commento:

Andrea Franco ha detto...

"les caves du Majestic"fu pubblicato in Italia da Mondadori col titolo,poco attinente,(e rivelante un po''il finale della storia)di "Maigret e il sergente maggiore"